Tuesday, December 07, 2010

Ma colère

J'ai envie de crier ma colère envers le manque de moyens, d'effectifs, de place dans les hôpitaux, le manque de gentillesse, d'intelligence et d'humanité dans ces mêmes lieux.

Envie de crier à mon frère aîné qu'un jour il faut grandir, qu'on ne peut rester sur ce qui s'est passé quand on était ados, que mon père ne fut certes pas un bon père, mais pas un Thénardier non plus, qu'il est temps de faire la paix.

Parce que je ne peux aller foutre des baffes aux fossoyeurs du Service Public, ni aux médecins si arrogants et aux infirmières acariâtres, ni à mon frère aîné, il ne me reste que cette page pour laisser éclater mon cœur plein de chagrin; pour dire à mon père qu'il peut arrêter de lutter, que ça ne sert plus à rien, qu'il n'y a plus rien pour lui dans cette vie, que la société n'a plus rien à offrir à des personnes dans son état, qui ne se souviennent même plus du nombre ni du prénom de leurs petits-enfants.

Tu peux arrêter papa, vraiment; j'aimerais que cessent tes souffrances; je te tiendrai la main si tu veux. J'ai des remords pour ce que j'ai pu te dire, des regrets pour ce que je ne t'ai pas dit. Mais où que tu ailles, et où que m'emmène ma vie, toi et moi, on sait. On sait qu'on s'est aimés.

Tu peux partir tranquillement. Je suis avec toi, et toi, tu seras toujours là. Tu sais, là où ça fera toujours mal désormais, parce que c'est là qu'est l'essentiel.

14 comments:

Anonymous said...

Comme tu as raison ... un jour il faut grandir et arrêter d'en vouloir à ses parents pour ce qu'ils n'ont pas été !
C'est une grande avancée pour soi aussi .
La poule sur le mur

Eddye said...

je suis de tout coeur avec toi

Valérie de Haute Savoie said...

C'est important pour toute la fratrie que chacun se soit réconcilié avant que cela ne soit plus possible. C'est aussi cela qui fait grandir, qui permet d'avancer.
J'ai une soeur qui elle aussi s'est arrêtée et n'arrive pas à évoluer, je suis triste pour elle, presque plus que pour mes parents. Parce qu'il arriverait un jour où forcément elle regrettera de ne pas avoir dit je t'aime et il sera trop tard pour le faire.
Toi, dis le encore et encore tant qu'il est encore là. Je t'embrasse fort.

co de contes said...

je t'envoie plein de chaudoudous..;
tenir la main..jusqu'au bout...

Bismarck said...

Mes pensées t'accompagnent.

FD said...

Bises et câlins de nous tous ici. Tu ne peux ps faire avancer ton frère s'il ne le veut pas, c'est toutefois très dommage pour lui, il n'y a qu'à espérer qu'il réagisse avant qu'il ne soit trop tard. Courage ma bergerette...

myriam said...

Comment ne pas être révolté ?
Encore une fois, des pensées pour toi...

La Petite poule noire said...

Je n'étais pas venue te rendre visite depuis longtemps, et je tombe sur ce billet poignant. C'est toi qui es dans le vrai, il faut savoir pardonner à ses parents. Sauf à avoir été des monstres, il nous ont donné la vie, nous aiment et s'ils ont commis des erreurs, on sait aujourd'hui comme il est facile d'en faire avec ses enfants... Alors, accompagne-le jusqu'au bout et ne lui lâche pas la main. Je pense fort à toi.

*isadora* said...

des pensées pour vous, copine.
et des bises.

et tu sais, quoi...

Puce34/sev34/séverine said...

Oh je n'étais pas venue te lire depuis un moment et je suis très triste pour toi. Il y a un moment où malgré la douleur, j'ai été soulagée que Papa nous quitte. Mais je ne supportais plus de le voir si affaibli, si loin de nous ( il a eu un AVC en parallèle à son cancer généralisé).
Je te souhaite beaucoup de courage, de sérénité pour affronter ces instants à venir....

Tendres baisers

heure-bleue said...

Tu as raison pardonner, c'est grandir...

Anne said...

Il n'y a rien de plus important que de dire "Je t'aime" à ceux qu'on aime... même si parfois on ne guérit que difficilement de son enfance.
Tiens bon, on ne se connais pas mais je pense à ta peine avec émotion.

LiliLajeunebergere said...

Merci à toutes...

Delphine said...

Petite Bergère, j'arrive un peu tard, mais ai été très émue en te lisant. Je parlais il y a quelques jours chez une blogamie de cette personne qui n'en finissait pas de mourir en réclamant son fils. Quand enfin celui-ci a accepté d'aller voir son père et qu'ils se sont dit les choses essentielles et les paroles qui pardonnent, le père a fermé les yeux. C'est un grand geste d'amour que tu fais pour lui. Entoure-le tant que tu peux, après tu auras un doux souvenir de ces derniers moments de partage VRAI. Courage , ce ne sont pas des moments faciles.