Friday, September 24, 2010

Les devoirs...

Oui, vous savez, les devoirs scolaires...
Ceux qui sont interdits depuis des décennies, du moins en primaire, mais que nos enfants petits et grands ramènent chaque soir de l'école comme une punition...

C'est rarement autre chose qu'une vraie galère avec Viking, qui refuse de les faire (je comprends, mais pas le choix, quand on va à l'école on doit se plier aux règles...).
Quant à Princesse, hyper sérieuse jusqu'en CM2, elle nous a étonnés, et pas dans le bon sens: devoirs non faits, ou bâclés, et, pour sortir du sujet des devoirs, cour plus ou moins séché (avec disons plus ou moins une excuse, mais on sait elle et moi qu'elle était "bidon"), insolence et je-m'en-foutisme; elle est apparemment déjà cataloguée par les profs. Bref, le collège démarre bien mal, même si elle s'est très vite reprise - suite à notre intervention bien sûr.

En tout cas, les devoirs, ras-le-bol!

Surtout quand on fait réciter une leçon sur les sons, que Princesse a ingurgité par cœur ou presque. L'intérêt, franchement? Déjà aucun pour elle qui est très bonne en orthographe.

Et je me prends à rêver...

D'une école où on expliquerait aux enfants le pourquoi des devoirs, de l'inévitable mémorisation de certaines choses et de l'importance des exercices pour fixer les choses, s'entraîner...
Ne pas apprendre et faire des exercices d'application, c'est dommageable pour soi, et uniquement - non, on ne travaille pas pour éviter une punition...

Et surtout, une école où l'enfant serait libre de faire les exercices qui lui semblent essentiel à lui.

Je m'explique: Princesse a perdu du temps à apprendre par cœur une leçon totalement inutile pour elle, alors que ce temps, elle aurait pu le mettre à profit pour faire davantage de maths, matière où elle peine davantage.

Je n'invente rien d'ailleurs, il s'agit d'encourager l'enfant à être autonome dans ses apprentissages (et donc ceux-ci ce passent mieux); si ça pouvait se généraliser dans les écoles lambda...

Voilà, je rêve, je rêve...Et sinon, ils ont quoi à faire pour lundi, déjà?

8 comments:

Eddye said...

ah ben en tout cas, j'essaie de faire comprendre ça à mes élèves... et je ne leur donne pratiquement jamais de devoirs, non plus, mais bon, ils sont au lycée :-)

Anonymous said...

Bonjour
Faire des choses stupides et les accepter c'est se socialiser:
S'arrêter a un feu rouge alors qu'il n'y a personne sur la route. C'est idiot mais l'accepter permet de vivre parmi les hommes. Dans sa vie elle aura de nombreuses règles idiotes a appliquer. Si elle ne s'y plie pas elle sera asociale et probablement malheureuse.
Zorro

Sosso said...

Perso en tant que maman, quand vraiment ils ne veulent pas faire leurs devoirs et bien "c’est OK comme tu veux, c’est toi qui te débrouilleras avec ton professeur".

J’estime que ce n’est pas aux parents de sanctionner le refus de faire des devoirs ;-) Et hônnetement ça marche plutôt bien: ils ont essayé une ou deux fois, et ont compris que c’est eux ensuite qui seraient sanctionnés à l'école.

Quand P'Tit Dino s'opposait vraiment , on lui a aussi dit "OK ben puisque tu ne veux pas travailler tu vas faire tel ou tel tâche dans le jardin (ramasser les pêches écrasées ou les feuilles mortes et humides) parce que quand on ne travaille pas à l'école on n'a pas ensuite la possibilité de choisir son travail!
Ca aussi ça fonctionne plutôt bien. Et on répète en boucle qu'ils travaillent pour eux et pas pour nous, que nous nous avons la chance d’avoir un travail que nous aimons ;-) Sinon, je vois de plus en plus souvent ans leurs cahiers des méthodes pour faire leurs devoirs, apprendre leurs leçons qui sont plutôt bien faites je trouve!

Névrosia said...

Par ici tout dépend des enfants. Avec Toutebelle pas de soucis, toujours demandeuse (malgré quelques cachoteries à la rentrée) et elle est toujours la première à faire ses devoirs. Avec Petitout plus duraille, mais comme il voit que les deux grands le font, il suit. Avec Toutgrand après une sixième fastidieuse en terme de devoirs nous avons changé de tactique. Comme les devoirs sont donnés plusieurs jours à l'avance, je lui ai proposé de prendre au moins deux jours d'avance (et les plus longs répartis sur la journée du samedi) sur ses devoirs, du coup la charge quotidienne s'allège et quand il a relu toutes ses leçons du jour, il se sent "à jour" et a le droit de jouer avec son frère, alors que l'année dernière il n'avait jamais de temps pour lui.

Ce sont parfois des contraintes (cela dit nous aimons assez parler des apprentissages scolaires de chacun à table du coup ils sont assez fiers de montrer ce qu'ils savent), mais je pense aussi qu'il faut leur apprendre à faire avec ces contraintes et leur démontrer leur intérêt à faire ce qu'on attend d'eux scolairement pour se sentir libres de prendre le temps de s'intéresser à d'autres choses.

Bismarck said...

Ah... vaste sujet.
J'ai été fort surprise, en regardant le cahier de devoirs du Pirate, hier, pendant qu'il était à la piscine, de constater qu'il avait déjà presque tout fait. Et ce matin, il aurait bien recopié les trois derniers mots sur la table du petit déjeuner!
(Mais il n'y avait aucune de ces auto-dictées démentes que donne la maîtresse.)

Névrosia said...

taguée ! ;-)

LiliLajeunebergere said...

Eddye, à cet âge-là c'est déjà un miracle s'ils ouvrent leurs manuels non?

Zorro, c'est vrai, mais ma remarque sur l'autonomie à prendre sur ses apprentissages n'en est pas moins pertinente ;-)

Sosso, tu ne connais pas mon numéro, capable de faire une crise pour ne pas faire ses devoirs, puis la même crise pour exiger de les faire! Epuisant...

Nevrosia, une fois qu'on est organisé ça va mieux effectivement. En tout cas ma collégienne en herbe semble moins dépassée de tous les côtés.

Bismarck, ah oui, les auto-dictées avec des mots que Viking ne comprend pas :/

Sophie said...

ce sont les devoirs écrits à rendre qui sont interdits ;) malheureusement, il existe encore des écoles qui le pratiquent, et souvent à la demande des parents (sont fous !!!) mais je suis aussi pour un service aussi minimum que possible
l'intérêt de revoir un truc à la maison c'est aussi de se trouver dans un autre environnement, mais je m'en passerais bien aussi :D