Sunday, May 02, 2010

Liaisons dangereuses

J'ai découvert l'univers des forums de discussions en 1999, et j'ai tout de suite accroché. Il faut dire que j'étais très isolée à l'époque, toute jeune maman un peu perdue, à mille lieues des préoccupations des autres jeunes de mon âge qui eux n'avaient pas encore d'enfants. Les forums de jeunes mamans m'ont permis d'avoir d'autres points de vue sur l'éducation, et ont été une réelle bouée de sauvetage lors de ma séparation très violente d'avec le père de mes 2 grands. A n'importe quelle heure du jour et de la nuit, je pouvais venir pleurer ma peine, et je trouvais du soutien, pas réel, pas forcément immédiat, mais du soutien.

Plus tard, j'ai découvert l'univers des blogs, très différent, mais qui arrivait à point nommé dans ma vie: j'avais moins de temps à consacrer au virtuel, et je trouvais difficile de venir parler de moi sur un forum sans pouvoir prendre des nouvelles des autres.

Depuis, je jongle entre les 2, j'ai des copines forumesques et bloguesques, des "pour de vrai", et des amitiés fortes même si on ne s'est pas (encore) forcément rencontrées (et je vous rassure, j'ai aussi des copines en dehors de la bulle virtuelle!)

Il y a quelques jours, il m'est arrivé coup sur coup 2 aventures relativement propres au monde d'internet. J'ai hésité à en parler mais tant pis, hop, je me lance.

La première est stupide, j'ai eu l'impression d'une histoire de cours de récré niveau primaire! J'avais écrit sur Facebook que j'en "avais marre" de l'égoïsme de Princesse. C'était pas sympa, mais facebook et d'autres lieux du Net ne sont-ils pas justement des soupapes de sécurité? Bref, une "copine" blogueuse m'a minu militari ôtée de ses contacts. Hop, sans autre forme de procès (en m'expliquant dans un message). Je plains ses copines (mais en a-t-elle avec de telles exigences?). Pas le droit à l'erreur, à la faille, faut marcher droit, j'ai eu le malheur d'être le maillon faible, au revoir! Ca m'a plutôt fait rire qu'autre chose.
En même temps, réaliser à quel point on est jugé sur une phrase, ça fait peur. J'ai le sentiment que c'est pas comme ça dans la "vraie vie"? Qu'on y a le droit à plus d'une phrase. Heureusement.

L'autre histoire est beaucoup plus douloureuse.
Il s'agit de mon amie qui a perdu son bébé il y a presque 3 mois. Il y a quelques jours, elle a dit sur le forum que nous fréquentons toutes les deux qu'elle ne viendrait plus, juste après que j'aie posté un message concernant Libellule. C'est alors que j'ai réalisé qu'elle m'avait ôté de ses contacts facebook. Et que ça correspondait au moment où, sur le forum, quelques jours encore avant, j'avais dit que j'étais heureuse de ma vie.
J'imagine quelle douleur c'est pour elle. Plus exactement, à quel point ça rajoute à sa douleur sans nom (et sans fond), de me lire parler de ma si chouette vie, de ma fille si vivante.

Je réalise comme le monde virtuel peut blesser, bien plus que le monde réel. Comme lire à tous les détours d'internet que les bébés des autres font ci et ça peut broyer, aussi - et qu'on n'attende pas de cette femme effondrée de renoncer à ce qui reste sans doute une bouée de sauvetage.

C'est cela que j'appelle les liaisons dangereuses... Etre sans cesse connecté sur la vie des autres, via facebook, blogs et forums, bien plus que dans la "vraie vie".

13 comments:

Puce34 said...

Oui le net, c'est délicat.... même si nos écrits restent sobres, même si on soutient une personne atteinte, certains écrits restent et peuvent être mal interprétés...

Bisous à vous et Libellule ....

myriam said...

Pas facile tout ça, ce qu'on écrit peut être lu par tant de monde et interprété d'autant de façons différentes... mais tout cela peut se passer hors du monde virtuel, j'en ai fait les frais il y a peu, et j'ai bien morflé !
En même temps, c'est un espace libre, que ceux qui ne s'y retrouvent pas passent leur chemin, tout ce que tu dis ne me paraît que refléter la vie et pas être une attaque pour d'autres, dommage si c'est vécu comme cela.

Valérie de Haute Savoie said...

Ce qu'il y a d'éprouvant, c'est l'impossibilité de s'expliquer de vive voix. Etre devant le fait accompli, souvent par incompréhension, mauvais interprétation, et être là comme une cruche, sans pouvoir rectifier ou aplanir ce qui a été mal compris. J'ai déjà éprouvé cela sur mon blog, bien souvent je marche sur des oeufs, cherchant à être au plus juste de ce que je veux dire, cherchant ce qui pourrait blesser... Que tu sois heureuse, jeune bergère, est tellement doux pour tes lecteurs qui te suivent depuis longtemps. :)

bricol-girl said...

Plus on pratique et plus il faut s'auto censurer, c'est fatigant à la fin!

loreal said...

Mais cela n'a pas forcément de rapport avec toi non ? J'ai déjà rayé des contacts de ma liste, uniquement parce qu'au fond on ne partageait presque rien mais sans aucun rapport avec ce qui était écrit sur leur mur, c'est peut-être ce que c'est passé ?
parce qu'après tout tu n'es pas la seule à t'agacer après tes enfants ;-)

CitronVert said...

Tu ne peux pas vivre la vie de quelqu'un d'autre même si tu éprouves de l'empathie, tu dois vivre la tienne et suivre ta route, partager tes joies ou douleurs si tu veux, ceux qui te lisent choisissent de te lire, personne ne les oblige; laisse-là partir, elle reviendra peut-être.

Bismarck said...

Ben alors, si tu n'as pas le droit d'être humaine! Tu as bien le droit de t'énerver un peu après ta fille, et surtout, ce n'est quand même pas de ta faute si tu es heureuse, et pas ta copine (mais je comprends aussi qu'elle fuie ton contact, son histoire est vraiment terrible).

Eddye said...

J'ai rencontré mon chéwi sur un forum... de bière :-)
et j'ai fait de chouettes rencontres grace aux blogs...
Je n'ai pour l'instant pas eu de mauvaises surprises, je croise les doigts... et je comprends que ce soit douloureux...
Par contre, dans la vraie vie, j'ai eu des coups durs avec certain(e)s que je croyais des amis...

liaht said...

Ce qui se dit sur le net est sans doute plus "à risque" que dans la vie réelle... on ne dispose que des mots pour faire passer les choses, sans le secours du regard, de l'attitude, de la voix et de son intonation.... On ne constate pas immédiatement la portée de ce que l'on a dit et on ne peut donc pas rectifier le tir par un sourire ou une marche arrière...
Le virtuel est moins indulgent avec les relations humaines !!!
Sauf à le cantonner à un écran et à en accepter le jeu du "je t'aime moi non plus" et les petites mesquineries qui vont avec !!!
D'où mon leitmotiv.... ANONYMAT !!!

Moukmouk said...

Tu sais pour l'avoir vécu à certains moments pénibles de ta vie, combien parfois les gens rencontrés sur internet, sont isolés profondément tristes et que la toile devient une ligne de vie pour ne pas sombrer. Durant ces moments, tout peut être interprété comme un refus, un rejet. Tes mots sont peu en cause, c'est la peine de l'autre qui est très(trop) profonde.

Il ne faut pas se prendre pour des thérapeutes, on peut aider comme ami, mais il ne faut pas prendre sur soi la peine de l'autre, nous ne sommes que très rarement équipés pour la porter.

LiliLajeunebergere said...

Puce, des bises pour toi et les tiens aussi :-)

myriam, oui bien sûr, les mêmes malentendus existent hors du monde virtuel...

Valérie, comme une cruche, c'est exactement ça. Après on a le choix entre une bataille de mots (mais il faut que l'autre accepte de lire sans interpréter) ou laisser tomber. J'ai choisi la deuxième solution, par manque de temps dans le 1er cas, pour ne pas blesser plus dans le 2ème

bricol-girl, c'est ce que j'ai fait un temps, j'ai évité de parler de Libellule sur le forum où j'avais mes habitudes... Mais Libellule existe, vit, je ne peux pas passer mon temps à faire comme si ce n'était pas le cas

Loreal, dans le premier cas, c'est vraiment à cause de ce que j'ai dit sur ma grande, ainsi que me l'expliquait la personne en question par MP; dans l'autre, c'est plus complexe... c'était (c'est?) vraiment une copine, on s'est encore vues il y a quelques semaines et elle n'a pas supporté de voir Libellule. Elle a commencé par supprimer de ses contacts FB celles qui avaient un bébé fille qui avaient à peu près l'âge de sa fille décédée... Suite à mon message sur le forum, elle a supprimé plus de la moitié de ses contacts, en écrivant qu'elle n'en pouvait plus de la vie merveilleuse des autres, et de leurs enfants si vivants. Il m'est impossible d'être sûre que c'était "de ma faute", je suppose que ça couvait, que j'ai été le déclencheur, ou l'un des déclencheurs. Je ne culpabilise pas d'être heureuse ni d'avoir des enfants vivants, ni de l'avoir écrit, j'imagine juste combien c'est lourd pour elle de voir/lire ça partout...

CitronVert, je continue ma vie ne t'inquiète pas :-) C'est vrai, personne ne l'obligeait à lire, mais le forum est un lieu où elle avait l'habitude d'aller depuis des années.

Bismarck, moi aussi je la comprends, mille fois, j'imagine ce que c'est de marcher dans la rue et de voir des bébés, puis de rentrer chez soi, d'allumer son PC et d'en voir encore plein...

Eddye, merci pour le scoop :-D Des mauvaises surprises, j'en ai eu en vrai comme dans le virtuel. Mais des bonnes aussi :-)

Liath, tu parles d'indulgence et c'est ça. Et je pense que beaucoup de personnes timides, frustrées, ont tendance à se venger sur le net, en étant agressives, cassantes... L'écran protège, c'est certain (je ne parle pas de ma copine bien sûr...)

Moukmouk, "Tes mots sont peu en cause, c'est la peine de l'autre qui est très(trop) profonde", c'est exactement ça, merci :-)

Bismarck said...

Et mon homme, ce matin, qui m'apprend qu'un de ses employés vient de perdre son neveu de trois semaines... Nous avons de la chance, c'est vrai!

LiliLajeunebergere said...

oh :-(