Wednesday, May 11, 2005

devenir

Devenir, ça se fait sur un long laps de temps..... On met du temps à devenir..... En réalité, on ne s'en aperçoit même pas...... on regarde en arrière sur quelques années et on réalise qu'on est devenu quelqu'un d'autre.... Tout en étant le même.....

Il y a parfois des coups d'accélérateur. Si je vous l'assure, vu que je viens de le vivre.

Des coups d'accélérateur dûs à la vie qui vous tombe dessus, comme ça, PLAF!!!! c'est exactement ça, vous savez, quand tout un tas de trucs se mettent brutalement en branle et convergent vers vous, et que vous devez brutalement faire avec la nouvelle donne. Vous n'en sortez pas indemne, forcément, c'est à cause du choc causé par l'impact (malgré les limitations de vitesse plus strictes qu'avant, mais dans quelle époque vivons-nous?)

Et puis il y a aussi les images qui se télescopent *, qui vous laissent une boule de tristesse au creux de l'estomac, pour comprendre il faut l'avoir vécu. Je ne savais pas, avant, ce qu'était une boule de chagrin. Elle est lourde et on a l'impression qu'elle ne partira jamais.
Bon, elle est partie. Encore là, pas loin, mais moins menaçante.

Quand on est comme ça, on se met en mode survie. Le mode survie, comme son nom l'indique, vous aide à survivre dans la tempête en attendant l'accalmie. Tout le monde connaît ça, j'en suis sûre.

Je suis revenue en mode normal **. Un peu beaucoup différente, peut-être un peu plus moi-même.

Parce que la question reste entière: devient-on ce que nous sommes, ou sommes-nous ce que nous devenons?

Vaste sujet philosophique..... je ramasse les copies dans 4 heures.



*c'est la psychothérapie qui fait ça. En fait c'est pas la mienne, c'est censée être celle de mon fils, mais comme il ne parle pas encore c'est moi qui parle, du coup c'est moi qui suis en première ligne. Et les psy ils sont très forts pour faire se téléscoper les images, celle de mon fils s'est téléscopée dans ma mienne à moi de quand j'étais petite et la boule de chagrin c'était la petite moi qui pleurait. Moralité: N'allez pas voir un psy pour vos enfants ;-)

** et tant pis pour vous, ça va à nouveau blogger sévère, surtout que je suis en vacances jusqu'en septembre et que je n'ai donc plus que ça à faire.

6 comments:

annemaya said...

contente de voir que tu vas mieux :)



pour la question phylosophique je repasserai

alizarine said...

font chier , ces psys ... mais des fois , (chier) ça soulage !
Un gros bisou , un "big hug" ...
Si toi et ton fils vous aidez mutuellement à aller de l'avant ... que c'est beau !
Bravo à celle qui a vu en elle-même , aidé(e)ou non , certain(e)s restent aveugles toute leur vie ...
;)

a n g e l said...

contente de te relire :)
vive ls vacances tiens ^^

*Isadora* said...

Ca fait plaisir de lire cette note-là, écrite par toi.

Des gros, gros bisous à vous (dis, avec tes vacances, on va enfin réussir à se voir alors ?) :)

LiliLaJeuneBergere said...

merci ;-))

n'empêche vous n'êtes pas des courageuses de la philo!!!! ;-)

Sophos said...

c'est sur, quand tu acccompagne tes enfants, il faut s'attendre à être en pleinne ligne de mire ...
Et c'est toi qui t'en prend plein ...
Pour un peu, si on choisit pas un bon, t'es coupabe, responsable de tout ....

J4apprend tout juste à êtr responsable de certainens choses, mais pas coupable. Et surtout pas de tout ....
C'est dur et long ...
Et pendant ce temps, les petits s'en trouve mieux aussi !
Même quand ils grandissent ... ;-)
Sophos