Thursday, November 20, 2008

Jour de grève

J'ai fait grève.
A mon corps défendant: tous mes collègues faisaient grève, je me serais retrouvée seule dans l'école, c'était hors de question.

Pourquoi ne voulais-je pas faire grève?
- parce que ça me fait perdre une journée de salaire, que l'état va se mettre dans la poche.
- parce que j'en ai marre que le corps enseignant se décarcasse pour sauver l'école alors que les parents d'élèves ne réalisent pas la gravité de la situation et même, s'en fichent. Pour eux, nous ne sommes que des privilégiés feignants qui les avons encore em***dé aujourd'hui à ne pas garder leurs enfants - parce que l'école n'est que ça, une garderie gratuite. Je subis souvent les discours de parents à la sortie de l'étude (les parents de l'école de mes enfants ne savent pas que je suis enseignante): les profs sont des incapables qui ne fichent rien au pire, au mieux ne font pas comme il faut. (En passant, j'adore l'incohérence de la chose: nous sommes incapables tant sur le plan pédagogique qu'humain mais on nous confie quand même les enfants...)(en passant toujours, encore une incohérence: on est un des piliers du fonctionnement de notre pays mais on ne nous fait pas confiance!)
J'en ai assez de prêcher dans le désert, assez d'être bafouée, humiliée, traînée dans la boue par mon président, mon ministre, les médias et la grande majorité des parents.
Je ne vois pas comment on pourrait arriver à quoi que ce soit de positif dans le contexte actuel où les profs ne sont plus respectés . Où ils sont juste considérés comme des râleurs uniquement préoccupés de leur sort - et de leur salaire.Considérés comme des moins que rien à qui les parents ont la bonté de confier leurs gamins, malgré tout.

J'espère que mes collègues ne m'en voudront pas de me découvrir si peu impliquée dans la grève d'aujourd'hui. Mais je sens qu'il est déjà trop tard, on est sur une si mauvaise pente, et pas seulement dans le domaine de l'enseignement. Ce qu'il faudrait - et on va peut-être y arriver - c'est un mouvement beaucoup plus général, pour sauver l'enseignement mais aussi la sécu, la retraite, les hôpitaux publics, l'aide aux personnes handicapées, refuser le démentèlement du service public, dénoncer et refuser la misère qui sévit de plus en plus et j'en oublie certainement...

Tiens, je suis plus en colère que je ne le croyais. J'avais commencé ce post pour dire ce que j'avais fait aujourd'hui. J'avais l'intention d'aller défiler, du coup, mais les enseignants de mes enfants ne faisaient pas grève, je n'allais quand même pas les faire sécher, et y aller seule était risqué, je ne serais sans doute pas rentrée à temps pour les récupérer.
Donc, j'ai joué du tuba, beaucoup, j'ai démêlé un problème de remboursement avec la sécu, j'ai rempli un dossier pour pouvoir peut-être payer mes impôts locaux en 3 fois, j'ai envoyé une lettre de résiliation à mon fournisseur d'accès internet (Grande Blonde), lancé un abonnement auprès d'un autre fournisseur d'accès, envoyé une lettre importante (le chèque pour commander l'album de Jack!), rappelé Milan Presse pour savoir pourquoi Nana n'avait pas reçu son magazine (encore un secteur qui s'effondre, la presse enfantine...), toutes ces petites choses qu'on n'a pas le temps de faire dans la semaine.

Finalement, il faudrait un jour de grève par mois :-)
Et surtout, un grand coup de pied dans tout ça... (rassurez-vous, j'y travaille, différemment)

12 comments:

tanette said...

Tout à fait d'accord avec ton billet...à quand le mouvement général.?...la cocotte commence à siffler..gare à l'explosion !

FD said...

Pareil mais j'ai fait grève quand même, même si je suis persuadée que des grèves éparses ne portent pas assez. Hier mon ainé lycéen a fait sa première manif avec la foi de son âge, il a été choqué dans le cortège d'entendre des passants insulter ces "feignants-qu'on-les-mette-au-vrai-boulot-y-sauront-ce-que-c'est". Les Eaux-et-Forêts étaient là aussi, hier.

Ppn said...

Ce billet est tellement riche que je ne sais pas comment répondre pour faire court. Alors, une note positive : tu ne devrais pas avoir de problème à payer en plusieurs fois, les impôts ont fait de gros progrès !
Les fournisseurs d'accès, là, je suis moins sûre...

Kousinn said...

je l'ai déjà lu dans les commentaires de ton blog mais plus ca va plus je me dis que ton blog décliné en livre serait un super bon témoignage de la vie d'aujourd'hui.

eh beh je comprends ton désenchantement, le racisme envers les fonctionnaires.. envers les instits et les profs..

Laeti said...

Ce qui me choque le plus en ce moment c'est que notre ministre nous humilie publiquement. Jamais on n'avait été aussi peu respectés :-(
Heureusement que Jack est là pour nous faire sourire !

Anonymous said...

coucou bergere , les enseignants aussi dans l'école de mes filles ont fait greve hier. et je suis de tout coeur avec eux.
je serais aller manifester si je n'avais pas eu mon fils 'bb)
je pense pareil que toi
d ailleur je pense pas que ça fasse grand chose .


j espere que tout va s arrenger
a bientot
je pense comme tanette a quand le mouvement géneral
cindy.

Mélina said...

Je suis parent d'élève et bien aucun d'instit n'a fait grève dans l'école de mes enfants... Accompagnée de quelques parents j'ai "tracté" les parents à la sortie des classes, car il y a une telle campagne de désinformation ! Oui ça va mal, très mal,et les instits m'avaient l'air bien résignés...

heure-bleue said...

Il faudrait surtout que Nicolas 1er, qui ne connait pas les problèmes de fin de mois, arrête de choisir le modèle américain, surtout lorsqu'on voit les résultats...

Caro said...

Celle-ci, on l'a ratée!
Je m'explique:
Habituellement, l'école est fermée, 100% gréviste.
Mais lassitude, manque d'argent, démotivation, ras-le-bol ont fait que seuls 2 des enseignants étaient en grève (sur 7).

Bof, ça nous fera des sous pour financer la prochaine!

Amandine said...

Moi aussi j'ai cette pessimiste conviction que c'est déjà trop tard...

Bismarck said...

Certes, tout le monde en a ras le bol. Et le manque d'information des "utilisateurs" (que ce soit de la poste, des hôpitaux, ou de l'école) est voulu par le gouvernement. Malheureusement, je crains que la crise n'empêche la marmite de sauter, car beaucoup sont, comme toi, à un jour de salaire près.
On est déjà trop dans le purin pour s'en sortir...

Névrosia said...

Je parlais avec mes collègues des grèves de l'hiver 96,il faudrait frapper encore plus fort !