Wednesday, October 28, 2009

Naissance (1)

Le mois d'octobre est engorgé dans notre famille, ma libellule avait pour mission de trouver une date d'arrivée au monde encore libre, et si possible après le premier anniversaire de son cousin, né l'année dernière, le 24 octobre.

Anniversaire que nous avons fêté.
C'était samedi.
La première contraction est survenue dans la nuit de samedi à dimanche, un peu après minuit.
C'est une blagueuse ma libellule, pas avant mon cousin? Le jour d'après alors. Je trouvais ça rigolo, un an et un jour d'écart.

Les contractions étaient espacées, irrégulières, pas trop fortes, je suis allée me coucher, j'ai dormi malgré quelques contractions qui me réveillaient pas à-coups.

Dimanche matin, mes parents sont venus chercher les enfants et les chats - ma sage-femme est allergique aux poils de chat!
Contractions toujours, mais j'arrivais à vivre avec, j'ai mis une lessive en route, fait la vaisselle, Mister k et moi nous sommes même payés le luxe de changer les meubles de place dans notre chambre! Nous avons également tout bâché, le sol et le lit, tout préparé comme la sage-femme nous l'avait indiqué. La journée est passée tranquillement, j'ai mangé à plusieurs reprises, regardé des idioties à la télévision en discutant avec Mk qui consciencieusement notait l'heure de chacune de mes contractions.

C'est vers minuit que c'est devenu vraiment dur, Mister k a appelé la sage-femme - qui était prévenue depuis le matin bien sûr, mais nous attendions que les choses deviennent sérieuses.

Elle m'a examinée, j'étais presque à dilatation complète, mais la petite était encore haute et la poche des eaux pas rompue.

Durant des heures, j'ai lutté contre les contractions, de plus en plus violentes, longues, douloureuses, rapprochées... Lutter n'est pas le mot, je savais qu'il ne fallait pas lutter contre les contractions, c'est contre mon envie de crier que je luttais, je sentais que si je commençais à le faire, j'allais perdre pied.
J'étais épuisée, et entre deux contractions, j'étais prête à m'endormir debout. Je marchais ou je m'asseyais quelques instants, prête à tomber, avec l'envie de m'allonger et de dormir, mais c'était impossible, une nouvelle contraction survenait, j'avais peu de répit.

Par contre, nous avons incité Mister k à dormir. Depuis que les contractions étaient difficiles à surmonter, il était avec moi, contre moi, mais il fallait mieux qu'il réserve ses forces et son énergie pour la fin.

Vers 5 h, la sage-femme m'a prévenue que la situation n'avait pas changé: la petite n'était pas descendue, mon col était presque ouvert mais pas encore tout à fait. Elle m'a renouvelé la proposition faite une heure plus tôt de percer la poche des eaux, et cette fois, j'ai accepté. Il aura fallu en passer par là pour mes trois accouchements.

Les contractions sont devenues encore plus douloureuses, je n'imaginais pas ça possible quelques minutes plus tôt. Plus douloureuses et insupportables, alors je n'ai pu retenir mes plaintes. Ca a réveillé Mister k.
J'ai ressenti le besoin de m'arc-bouter en me tenant à la barre au pied du lit, le besoin de m'accroupir aussi, ce qui a répondu à la question à laquelle je n'arrivais pas à répondre: "la sens-tu descendre?"

La sage-femme a fabriqué une montagne avec la couette sur le lit, je me suis tenue à la barre de la tête de lit, et j'ai poussé à chaque contraction, avec Mister k qui me tenait, sa façon de m'aider, la seule, juste ce qu'il fallait. Les contractions étaient beaucoup plus courtes qu'auparavant, j'avais l'impression de pousser pour rien, que ça ne marcherait pas. J'avais également l'impression qu'une éternité se passait entre deux contractions, je ne comprenais pas. La sage-femme m'encourageait, me disait que la petite arrivait, je voulais bien le croire mais je ne croyais pas en ma capacité de la mettre au monde. Et puis j'ai senti sa tête, mais il a fallu attendre la contraction suivante pour pousser à nouveau et en attendant j'ai paniqué, j'avais peur de lui faire mal, je ne savais pas quoi faire, j'avais mal comme jamais, ma douleur alimentait ma peur et ma peur ma douleur, et puis j'ai poussé une dernière fois et je l'ai sentie sortir, c'était fini, d'un coup, c'était presque surréaliste, après ces 9 mois, après toutes ces heures de travail, après ces dernières minutes à l'aider à sortir de mon ventre, elle était là.

Ma libellule a posé pour la première fois son regard sur le monde à 5h30, le lundi 26 octobre.

22 comments:

a l'ouest said...

BIENVENUE LIBELLULE!!!!!

Merci pour ce récit qui m'a rappellé tant de choses.

Et tout plein de bonheur pour vous tous!

tanette said...

C'est comme si j'y étais, j'ai fini ton récit la larme à l'oeil et j'ai ressenti, comme toi, le soulagement de la voir là, enfin. Bienvenue à elle et bises à toi.
Plein de bonheur à tous avec cette nouvelle venue.

Marie said...

Félicitations!
Bienvenue à cette petite puce.
Récit émouvant et magnifique.

dany said...

Je me suis retouvée 34 ans en arrière...De l'émotion! Cette douleur qui disparait d'un coup, le bonheur! Bienvenue Libellule...

E. said...

Felicitations et bienvenue a Libellule. Je vous souhaite a tous beaucoup de bonheur.

Eddye said...

ouéééééé
félicitations !!!
bienvenue à la libellule :-))))

Sosso said...

Bienvenue à la libellule. Et bravo à toi pour l'avoir mise au monde :-)

Plein de bises à la grande famille recomposée :-)

Tili said...

Félicitations !!!
Bravo pour ce bel accouchement :-)
Je vous souhaite beaucoup de bonheur !

Laeti said...

Très beau récit. Merci de nous le faire partager.

Ppn said...

Le mal joli ... oui, enfin, on oublie vite, heureusement. Ne surnage en fin de compte que le bonheur d'être maman. Bravo à toi, félicitations à Mister k. et bienvenue à la vie petite Libellule !

bricol-girl said...

Tu me ramènes 42 ans en arrière quand la péridurale n'existait pas. Bienvenue libellule!

loreal said...

Quel beau récit !
Bienvenue à cette petite libellule, et bravo à sa courageuse maman !

FD said...

Bienvenue à la libellule et bravo à toi !
Bon, le suivant, c'est quand ? ;-D

liaht said...

Bienvenue à vous jolie demoiselle ! Et félicitations à vos parents, tout particulièrement à votre maman qui nous offre là un bien joli récit de ce moment magique !

Moukmouk said...

A te lire, on verse une larme ( les ours sont braillards).. Bravo.
Les baleines me disent qu'elle est gourmande c'est vrai?

myriam said...

Et on lui souhaite la bienvenue, une jolie vie...
Ton récit m'a bouleversée, j'ai eu l'impression de ressentir cette "vague" (euh... cette lame de fond ?!) pour la quatrième fois de ma vie... Je vous espère tous réunis autour de cette petite fille toute neuve !

Valérie de Haute Savoie said...

C'est tellement vrai que cette douleur est effroyable et qu'elle disparait instantanément dès l'enfant né.

Bienvenue à cette petite fille... Libellule que c'est jolie pour nous la présenter !

Bellzouzou! said...

Tous mes voeux de bonheur et le plein de bisous à la petite famille! prenez le temps d'en profiter, ça reste petit si peu de temps ces choses-là..;-)

Sophie said...

je renouvelle ici ma bienvenue à ta puce !
bises
et plein de bonheurs à vous tous !

Co de contes said...

bienvenue petite libellule !
ton récit me fait frissonner...quel moment magique..
que le bonheur soit au rendez-vous de cette naissance..pour vous tous...

Bismarck said...

Bienvenue à la petite libellule, et longue et heureuse vie à elle!
(Ben dis donc, je comprends mieux pourquoi je surprends les sages-femmes, moi!)

Muriel said...

Waouh, je souffrais avec toi en lisant le récit de ton accouchement... Bienvenue à la petite princesse et félicitations aux heureux parents !