Thursday, March 18, 2010

Comment parvenir à remplir...

... son devoir conjugal... malgré l'arrivée d'un bébé dans sa vie...

Il faut bien le dire, et ça n'étonnera personne, que je manque nettement à mes devoirs conjugaux depuis la grossesse, surtout depuis les dernières semaines de celle-ci. Et après, saignements, fatigue, je ne vous fais pas de dessin hein (si? non... quand même!)

En plus, par fainéantise pure et simple, pour faciliter l'allaitement et la pratique de l'HNI la nuit, parce qu'on aime ce contact, et elle aussi sûrement, Libellule dort dans notre lit. (Ne me parlez pas des galipettes le jour, entre la présence des grands et l'emploi du temps! Non, n'insistez pas!)

Quand la libido maternelle fut revenue (parce que la paternelle, elle, n'a jamais fait défaut...), cette présence s'est avérée compliquer la donne un peu plus encore.

Idée lumineuse number one: on a défait le lit, mis le sommier et le matelas par terre, et posé à côté un petit matelas, pour que je puisse y endormir Libellule en l'allaitant et qu'elle y passe la première partie de la nuit.

Ah ah ah, a songé Libellule, pffffffffffff ils sont trop prévisibles ces parents, et de surmonter l'obstacle sans souci, il suffit de réclamer le sein à bon escient, et la grande fatigue de maman a beaucoup aidé.

A ce stade du billet, je réalise que j'ai omis un détail qui a son importance: le soir, Libellule et moi nous endormons l'une contre l'autre sur le canapé, pendant que Mister k surfe sur le net, enfin libre. Nous pourrions aller nous coucher directement, mais ça priverait l'homme de notre présence aimée, et puis j'aime bien ouvrir un œil et le voir, et puis des fois je ne m'endors pas tout de suite et j'ai le temps de râler avec lui sur les débilités télévisuelles ou voir la moitié d'un chef d'œuvre comme "les 7 samouraïs", la moitié seulement hélas, oui :-(

Vers minuit/une heure, Libellule s'agite, elle veut faire pipi et téter, c'est le signal du coucher pour elle et moi. Je l'endors donc au sein sur son petit matelas... Je m'endors aussi... Une à deux heures plus tard (minimum), Mister k se couche à son tour, tente de me réveiller (je lui ai donné la permission de le faire), souvent vainement, mais depuis que je suis plus en forme - merci l'alimentation crue et quelques suppléments alimentaires bio et hors de prix - il parvient à ses fins - en tout cas à cette fin-là, me réveiller.

Parce que la suite... Libellule, comme par zazard, a justement envie de téter! Bon, je cède - difficile de faire autrement de toute façon - et Morphée en profite lâchement pour nous attraper tous.
Il arrive qu'elle ne se réveille pas, que je parvienne jusqu'à Mister k, sur notre matelas... Mon absence, apparemment, le manque de chaleur, que sais-je, réveille la miss. Qui réclame la tétée. Et Morphée accomplit son œuvre...

Il est arrivé plus fort encore: sentant l'arrivée imminente de son père dans la chambre, Libellule s'est mise à sauter sur le sein encore à l'air, si bien qu'en arrivant, Mister k découvrait un tableau certes touchant mais loin de faciliter la tâche... Plus qu'à attendre.. et Morphée etc...

J'ai songé à tout: les menaces ("je vais faire la grève de l'allaitement, attention à toi!"), les supplications ("allez silteplé silteplé silteplé, octroie-nous 1/4h de temps en temps"), le chantage ("si tu nous laisses 10 minutes [on baisse le niveau des exigences au bout d'un moment, oui] t'auras un rab' de tétée"); à tenter les différents courants éducatifs, le laxiste (ou permissif)("bon, ok, tu as gagné, on n'essaiera plus de te faire un petit frère" [au cas où vous n'ayez pas encore compris, c'était le but de la manœuvre]), le militaire ("c'est nous et nous seuls qui décidons, tu n'as pas voix au chapitre, tu peux pleurer tant que tu veux" [essayez de faire ça avec un bébé tiens...]), la méthode sans perdant de Gordon ("ton attitude me pose un problème, comment pourrions-nous essayer de régler ça? tu as des solutions à proposer?" [mouarf, rien que d'imaginer...])

Finalement je l'ai jouée perfide.
J'ai demande à Mister k de ne plus attendre une à 2 heures pour me rejoindre, mais plutôt de venir au bout d'un quart d'heure.
1/4h, juste ce qu'il faut pour endormir Libellule au sein, sans être moi-même dans un sommeil trop profond encore. Moi assez vivace (vous n'en saurez pas plus!), Libellule commençant tout juste à bien dormir, nous laissant quelques précieuses minutes - ne me demandez pas combien, je n'ai pas pris le temps de compter :p - pour remplir notre devoir conjugal avant de réaliser que la chaleur maternelle est loin et donc s'agiter.

Yes! On a réussi! Pas de doute, c'est le printemps!

6 comments:

jid said...

Quand les enfants avaient moins de 4 ans, avec ma femme nous étions devenus assez performants pour faire du saixe sans trop bouger sous la couette, avec les enfants à côté qui regardent la télé.

Christian said...

Et comment faire pour faire retrouver sa libido à Madame ?... Parce que depuis la naissance de juniorette, c'est pas gagné... (bon, quand même 2-3 fois, mais peut mieux faire...)

FD said...

Ouaaaarf !!! la salle de bain, my dear...la douche du matin, le brossage des dents le soir... ;-) Ouais, OK, faut être rapides et silencieux mais c'est ça ou rien !

dany said...

Morte de rire!

Bismarck said...

Et la petite cuiller? (Comme position, je veux dire: Libellule au chaud d'un côté, Mister K. de l'autre...)

Moukmouk said...

La technique, je la donne au grand pendant que nous faisons un petit dodo ? non ?