Sunday, November 27, 2005

Lecture

J'ai plein d'autres choses à blogguer (bloguer? je ne sais jamais) mais je fais court ce soir parce que je n'ai pas encore préparé ma journée de demain - j'adore la période de Noel mais je ne sais pas quoi en faire en tant qu'enseignante, surtout lorsqu'on m'impose des choses comme le font mes collègues "pour l'unité de l'école", enfin bref.

(Je dois réaliser un traîneau géant en 3D, que mes collègues m'expliquent d'abord l'intérêt pédagogique de la chose et je trouverai peut-être la motivation nécessaire, mais bref j'ai dit)

Donc, je viens de finir le périple de Baldassare d'Amin Maalouf.

Alors attention, je suis nulle comme critique littéraire. Mais je suis une grosse lectrice, enfin une lectrice "à la Pennac", qui s'autorise à sauter des pages, à laisser tomber un livre qui ne l'accroche pas, mais aussi à lire tout et n'importe quoi (sauf les Arlequins, vraiment pas mon truc), à semer ses lectures en cours dans toute la maison, à s'enfermer parfois aux toilettes pour avoir la paix.

En période scolaire, je lis des trucs "faciles", je veux dire très accrocheurs, comme les polars, parce que je veux vraiment savoir qui a tué la victime et pourquoi (c'est vrai, c'est agaçant de ne pas savoir)
En période plus calme, je me lance dans des trucs dingues, comme les bijoux indiscrets de Diderot, que je n'ai pas fini, parce que je ne sais plus dans quelle partie de la maison je l'ai égaré, je le finirai quand je le retrouverai, y'a pas le feu.

En commençant la lecture du périple de Baldassare, je pensais me lancer dans ce genre d'entreprise - ça y est ça va me prendre au moins 15 jours, et je vais parfois devoir me forcer.
D'Amin Maalouf, j'avais déjà lu Le premier siècle après Béatrice, sorte de roman d'anticipation qui m'avait beaucoup marqué.
Là, c'est le récit d'un voyage - d'un périple plutôt - au 17è siècle.
Un bon critère d'appréciation: malgré mon appréhension initiale, le nombre de pages du pavé et la période de l'année - période scolaire donc assez chargée, je l'ai fini en 5 jours, tant il m'a envoûtée.

Cela faisait très longtemps que je ne m'étais pas attachée ainsi à un personnage. Là, j'ai retardé la lecture des toutes dernières pages, parce que je savais que c'étaient les dernières. Je me prends à espérer qu'Amin Maalouf nous offre une suite.

Je vous avais prévenus, je suis nulle en critique littéraire, contentez-vous de ça: lisez ce bouquin et pis c'est tout!!!!!!

5 comments:

DoubleMum said...

Eh ! C'est quoi cette façon de faire ?!!!! Fifils n°1, il a écrit à la fin de sa dernière fiche de lecture "si vous voulez connaître la suite, il faut lire le livre" et la maîtresse n'a pas du tout apprécié !!!

;-)

Ton enthousiasme parle pour lui.... plus que.... 3 semaines avant les vacances ?!

LiliLaJeuneBergere said...

l'avantage d'avoir des lacunes lorsqu'on est enseignant, c'est qu'on peut comprendre celles de nos élèves (en principe)

oui, plus que 3 semaines..... je suis contente de préparer noel mais je ne sais par quel bout prendre les choses, surtout que j'ai envie de rester dans le pédagogique (et le traineau, franchement, bof..... mes cogitations du soir m'ont décidée à sortir dès demain le sapin - en plastique - pour inciter mes élèves à commencer à décorer la classe...... c'est pas mal non?)

DAVID said...

Merci pour cette rubrique littéraire, à la "PENNAC"...

Personnellement, Maalouf, je n'ai jamais réussi à accrocher. Je dois préférer les lectures encore plus simples.

Un des derniers bouquins que j'ai lu : "Et si c'était vrai", de Marc Lévy... Je viens de découvrir qu'il est adapté au cinéma. Je n'irai pas le voir, au moins pour 2 raisons. 1. J'ai été touché par le livre, je crains que l'adaptation ciné. soit fade. 2. J'ai été touché très personnellement par ce livre.

Il y a des moments pour lire certains livres, comme pour écouter certaines chansons, sentir des parfums... Brefs des émotions ancrées dans les coins de notre mémoire sensorielle... Et comme dirait Monsieur Eddy, il y a "toujours un coin qui nous rappelle..."

Cela dit, je me replongerai peut-être dans la littérature franco-libanaise grâce à ton fabuleux argument de vente !

Bises, et désolé d'avoir loupé ta fête : c'était, il y a 3 jours, c'est ça ? En général, je n'oublie jamais les fêtes, ni les anniversaires, sauf quand je n'aime pas la personne, cela va sans dire.

LiliLaJeuneBergere said...

David, pour moi "simple" n'était pas un jugement de valeur ;-)
ça s'apparente plutôt à "entraînant" (je suis trop fatiguée ce soir pour trouver mieux), et là c'est clair que c'est subjectif de toutes façons....
Je trouve l'écriture d'Amin Maalouf très dense mais malgré tout "facile" à lire, un peu comme Victor Hugo (m'enfin, personne ne peut égaler ce génie ;-)
Dans "notre Dame de Paris", il parle longuement d'architecture, et je n'ai pas trouvé ça ennuyeux (alors que j'ai sauté pour moins que ça des pages de Balzac et Zola, que j'aime bien pourtant!!!)

j'ai vu des extraits du film dont tu parles et ça ne me tente pas!!! mais le livre, pourquoi pas.....

d'accord avec ta remarque concernant les moments pour lire tel livre, écouter telle musique....

Pour ma fête, tu peux te rattraper en mars et en avril!!!! ;-) 3 fêtes par an, ça rattrape un anniversaire en plein été!!

Phoebe said...

LOL, DM, mon PZ1 a fait pareil dans le journal familial en parlant de Charlie et la chocolaterie : il raconte le début en détail et invite ses lecteurs à aller se débrouiller pour prendre connaissance par eux-mêmes de la suite ;)
Bon, un livre de plus à lire ;)