Thursday, January 04, 2007

Se coucher

Il y a des personnes (vous, peut-être, sans doute) pour qui se coucher est un acte simple.
Après avoir effectué diverses choses durant leur soirée, elles se dévêtent, enfilent leur pyjama, n’oublient pas de se brosser les dents ni de mettre leur bonnet de nuit sur la tête, un p’tit pipi, et au lit, avec un bon bouquin. Jusqu’à ce que sommeil s’ensuive.

Il y en a d’autres qui cumulent les handicaps pour faire de leur coucher des avant-goûts d’une nuit bien méritée.

Moi, par exemple.

J’ai deux enfants, deux chats, une souris.

Vous ne voyez pas le rapport ? C’est que vous menez une vie normale : savourez ! A votre place, je ne lirais pas ce qui va suivre, vous en perdriez le sommeil – au moins pendant une minute ou deux.

Je vous explique donc : chat mange souris (vérité naturelle)
Donc la souris encagée est cloîtrée dans ma chambre. Lorsque je vais me coucher, je dois donc ouvrir la porte de ma chambre, soulever délicatement la cage, la transporter dans la salle de bain en prenant garde de ne pas me prendre les pieds dans un chat affamé – non mais qu’est- ce qu’il imagine lui, enfin l’espoir fait vivre, hein. Ensuite je ferme la salle de bain – parce que la souris est insomniaque et fait tourner la roue toute la nuit, je vire les chats dans le salon, je ferme la porte de communication chambres/reste de la maison, je place un gros bac de livres devant, sinon mon chat qui sait ouvrir les portes va ouvrir la porte et nos chats vont nous sauter sur les pieds et en plus tenter de trucider la bêbête dans sa cage.

Oh bien sûr, vu comme ça, ça ne paraît rien, mais attendez la suite.

Je ne vous ai pas encore parlé des enfants.

Tom-Tom parvient parfois à s’endormir dans son lit, enfin plus exactement, parfois il y est parvenu, et j’avoue que pour tenter de préserver l’endormissement de sa sœur et le calme de mes soirées – j’ai besoin de calme pour bosser-, je ne lutte plus.
Donc la plupart du temps, Tom-Tom s’endort sur le canapé, à côté de moi- il s’endort même avec la lampe dans la figure, donc je peux faire ma vie pendant ce temps.
Lorsque je vais me coucher, je dois donc soulever le bambin d’environ 15kg, le porter jusqu’à sa chambre, sauf si dans son demi-sommeil il réalise ce qui se passe et montre ma chambre du doigt – vous ai-je déjà dit que je ne lutte plus ? Enfin je n’ai jamais trop lutté d’ailleurs, mais c’est un autre sujet. Lorsque je parviens à le larguer dans son lit, je dois encore aller chercher oreiller et couette, restés sur le canapé.
Et il se trouve que les chats sont moins idiots qu’on ne le prétend trop souvent. Lorsque Gratouille (ne riez pas) réalise que je change l’enfant de lieu, il se planque parmi les peluches, prêt à bondir dans ma chambre dès que j’aurai le dos tourné. Bien sûr, entre temps la souris est en lieu sûr, mais cet idiot (si, finalement) de chat espère tous les soirs un oubli de ma part, et donc attend que j’aie le dos tourné pour pénétrer le lieu interdit. Et je dois le récupérer, l’évacuer dans le salon, chercher l’autre chat, et vous connaissez la suite.

Mais ce n’est pas tout, sinon ça ne vaudrait pas un billet.
Depuis le drame, Nana a besoin de s’endormir aussi avec moi. Le premier soir, j’ai donc transporté un matelas dans le salon. Forcément, Tom-Tom ne voulait pas rester en reste (j’aime bien les redondances). J’ai donc dû amener un autre matelas. Et depuis, tous les soirs, mes enfants tentent de s’endormir dans le salon – ils y arrivent au bout d’un certain nombre de minutes, plus parfois. Bien sûr, pour qu’ils puissent s’endormir – surtout Nana, qui a plus de difficultés que Tom-Tom, je mets une toute petite lumière, donc pas possible de lire, écrire, broder… On oublie la télé, la musique, forcément. Le cliquetis du clavier ou de la souris –celle du PC – est anti-soporifique… Le purgatoire dure de 10 minutes à plus d’une heure, formidable non ?
(Lorsqu’ils dorment enfin je récupère un semblant de vie, quand même)

Parfois ils se réveillent et ne se rendorment plus, youpla boum. Bien entendu, il est déjà un peu avancé dans la nuit, l’heure à laquelle je songe à m’étaler dans mon lit avec un bon bouquin. Je propose donc à l’enfant éveillé de rejoindre son lit et de là le pays des rêves… mais un enfant éveillé n’est pas fou, le lit de maman est tellement meilleur, donc déménagement des couettes oreillers et du 2ème enfant… Je ne vous avais pas encore parlé de l’étroit couloir rendu encore plus étroit pas les étagères couvertes de livres et de jeux ? C’est fait… Lorsque rien ne tombe, je m’octrois un point de bonus – ça ne sert à rien mais ça fait plaisir. D’autres fois les deux dorment encore, je dois donc les porter – quand on sait qu’ils font presque mon poids et ma taille, c’est du bonheur… Dans le couloir étroit, et ensuite les couettes et oreillers… Déménager la cage, chercher les chats… Bloquer la porte avec le bac qui pèse une tonne – j’avais oublié ce détail aussi non ? C'est réparé. Et puis quand même, me brosser les dents, me dévêtir, et pour le livre tranquille dans le lit on oublie, les enfants ayant besoin d’obscurité.

Si vous trouvez que ce n’est rien, on échange, allez quoi, juste un soir…

J’espère qu’à défaut de plaindre mes soirées, vous plaindrez mes nuits. Coincée entre deux enfants… « Et comment tu feras lorsque tu auras un copain ? » ai-je souvent entendu… Bon alors là, je rassure le peuple :
1- ça ne risque pas
2- au pire il lui reste toujours le canapé !

Edit: et si vous racontiez vos soirées aussi? Ici ou sur vos blogs...

15 comments:

bricol-girl said...

Tes journées sont-elles plus calmes que tes soirées?

marie-aude said...

Mais je n'oserai jamais te raconter mes soirées. A côté de ce que tu vis, tout doit paraître fade, si fade!

Soeur Anne said...

Je croyais que j'étais à plaindre avec mon fils qui ne dort jamais, qu'il faut réveiller à 2H du mat' pour son p'tit pipi (sinon, cata) et mon chat qui miaule tout le temps mais l'un dans l'autre :
- ma fille dort dès que sa tête touche l'oreiller
- j'ai UN chat
- les 2 restent dans leur lit
- j'ai pas de souris (Sauf celle qui passe chercher les dents que la Donzelle perd sans arrêt, je trouve)
Donc, je m'estime chanceuse, finalement...

Pour toi, je compatis sincèrement, et je crois aussi sincèrement que seul un changment radical de lieu de vie permettra de créer des habitudes qui te ménagent un minimum d'epace vital..

Tanette said...

Peu d'espace temps pour t'occuper vraiment de toi, en effet ! J'ai connu ces soirées de folie (pas autant que les tiennes) mais il y a longtemps, lorsque les enfants étaient petits. A la retraite heureusement elles sont beaucoup plus calmes : ordi (blogs), livre,télé.

luna pat said...

c'est là que j'apprécie d'avoir les chambres à l'étage... les 2 "grandes" y montent vers 20H30 moment où je leur raconte une histoire et ensuite... ben je ne veux pas le savoir, (extinction des feux à 22h maxi si la grande de 7 ans ne s'est pas endormie) il est fréquent de les retrouver endormies par terre sur le plancher à côté de leur lit quand on monte à notre tour se coucher (du moment qu'elles ne font pas la foire, on les laisse se débrouiller) il reste la plus petite qui s''endort au sein, en bas devant l'ordi ou la télé entre 21h et 23h... le chat est vieux et ne pose plus de problème et les souris ne l'intéresse plus (à mon grand désespoir quand j'en vois se promener sur notre terrasse) ;-)

Sarah said...

Je comprends ce que tu peux vivre. J'ai eu des soirées difficiles jusqu'au 18 mois de mon fils où il a commencé à dormir plus longtemps. Les premiers mois, il était pendu au sein, dans notre lit. Maintenant le couchage est de l'ordre du papa (jeux, histoires, bisous, dodo) donc je suis tranquille à partir de 20 h (c'est pas du luxe quand tu passes toute la journée avec ton enfant qui ne veut pas faire la sieste !). Mais mon fiston ne dort pas encore toute la nuit sans se réveiller donc généralement je sais que je dois lui donner son eau vers minuit-1 h (je me couche dans ces eaux-là, ça va). c'est le réveil à 3, 4 ou 5 h qui est plus difficile.
Vu les épreuves traversées, c'est normal que tes enfants soient perturbés : et si papa tuait maman aussi ?

Nina said...

Oups bienvenue au club !!! Je ne sais pas comment je me débrouille mais j'ai toujours dormi avec un de mes enfants. D'abord ma fille, enfin elle dormait dans son lit mais dans notre chambre jusqu'à l'âge de 6 ans (elle en a 13 maintenant) et après mon gros bébé, mon fils, et lui dès la maternité (bah oui), il est reparti dans sa chambre vers 3 ans mais depuis mon divorce il a reprit sa place, avec le chien, le chat et moi (heureusement j'ai un grand lit) il a bientôt 9 ans quand même donc on s'est promis que pour son anniversaire au mois d'avril, il deviendrait grand et reprendrait sa place dans sa chambre. Voilà, pour ce qui est de mes soirées, je crois bien que c'est pire chez moi, ça me donne une idée pour un prochain article...
Bizzz
NIna

LiliLaJeuneBergere said...

bricol-girl, ça dépend des jours :-D

marie-aude, raconte quand même!

soeur anne, pas mal quand même, le coup de 2h du mat'!

Tanette, oui, ça ne dure pas, ça permet de relativiser ;-)

luna pat, à une époque Tom-Tom lisait longuement le soir, tant qu'il laissait sa soeur... la plupart du temps, c'est la foire si je les laisse se débrouiller:-(

Sarah, j'ai connu les soirées tétouillages aussi... Mais aussi les longues soirées après le sevrage ou je lisais des heures dans la pénombre de leur chambre en attendant qu'ils s'endorment! Et je comprends le stress actuel, j'essaie d'y répondre au mieux.

nina, tu gagnes la palme :-D et j'attends l'article!

jid said...

très jolie tranche de vie

Clara.be said...

chez nous aussi c'est souvent comme ça même si on est deux pour gérer deux monstres... (souvent "chacun un", parfois deux pour un seul...)... le coup de pas pouvoir lire pour ne pas devoir allumer la lumière, haha ! je connais aussi.
pas plus tard qu'hier soir j'ai pensé à toi, les schtroumpfs étaient survoltés. à tel point que je me suis demandé à quoi avait été nourri le poulet qu'ils ont mangé...
(et ça c'était seulement la soirée, la nuit il arrive qu'ils se relaient)

Tippie said...

Je te rassure avant que tu ne cries: ça n'a pas toujours été le cas ! (Loin de là !)

Mais depuis un ou 2 ans. Bibou va au lit entre 20 et 21h. On monte dans notre chambre, on lit une histoire (ou 2, ou 3), on fait une partie de chatouilles ou on le laisse danser et sauter sur notre lit. Puis il le met dans son lit, calins-bisous-calins-bisous et dodo.

Soirée peinarde au salon. Avec la lumière, le portable, la musique etc. Bibou appelle 1 ou 2 fois dans la soirée car il a paumé sa tétine ou sa couverture.

Mon seul vrai drame, c'est le chat qu'il faut sortir et laisser rentrer en moyenne toutes les 5 minutes 32 sinon il miaule sans cesse et monte aux rideaux !

A minuit ou 1h, si le chat n'est pas rentré (et cette fois, il est barré pour de bon), je dois l'appeler jusque 30 minutes durant dans le froid et le noir (beuh) dehors... (car je n'aime pas qu'il couche dehors).
Après, détour par la chambre de mon bonhomme qui dort (normalement) du sommeil du Juste, pour un bisou et dodo.

La belle vie. J'avoue : je ne me plains pas !

LiliLaJeuneBergere said...

jid, merci :-) A ton tour ;-)

Clara, ce qu'il faut garder dans un coin de la tête, c'est qu'ils grandissent! Un jour on se souviendra avec nostaligie de ces soirées-là...

Tippie, tu m'as prévenue mais j'ai crié quand même!! Et avant c'était comment?

ambre said...

bonsoir ! je découvre votre blog avec beaucoup de plaisir
je viens vous rassurer... les enfants ne sont pas toujours petits... après, ils deviennent ADO c'est beaucoup plus marrant
quant à ceux qui ne sont plus ados, ils font des bébés..
que vous gardez...
ils prennent des chats, un cochon d'Inde, des poissons rouges..
que vous avez en prime avec les ptits
alors, elle est pas belle la LIFE ??

LiliLaJeuneBergere said...

ambre, j'ai l'impression de découvrir la vie de mes parents -là!
4 enfants de 18 ans tout juste à 33 demain, 3 petits-enfants, dont 2 qu'ils gardent régulièrement, très bientôt un 4è j'espère, et 3 chats, un 4è en ce moment, cadeau bonus avec l'amie qu'ils hébergent... trop belle la LIFE!!! :-D

Une femme libre said...

Chère amie, je réglerais un problème à la fois, en commençant par le plus facile. Ce soir, vous enfermerez et la souris et les deux chats dans la salle de bain, porte de la cage ouverte évidemment. Un premier problème de réglé, je vous conseillerai ensuite pour les autres....