Saturday, September 05, 2009

Rentrée....

Je pourrais vous parler de cette rentrée que j'ai faite en tant que maman, la première depuis 6 ans, du tourbillon dans la cour et de mes enfants qui m'ont donné congé parce qu'il y avait mieux - les copains.

Je pourrais vous parler du soir, lorsqu'on a fait comme tout le monde: la recherche DU cahier de telle taille demandée par le prof dans un hypermarché.

Je pourrais vous parler de ma journée à moi, ce jour-là...

Mais non, je vais vous parler des cahiers que mes enfants ont ramené le soir de la rentrée.
Leurs enseignants, à l'un comme à l'autre, les avaient laissés remplir eux-même la première page de leurs "cahiers de liaison".

L'un comme l'autre n'ont écrit que leur prénom et... mon nom.... mon nom seul.... Mon nom que j'accole à celui de leur père (celui qu'ils portent officiellement) depuis des années.
Mais le nom de leur père, ils ne le veulent plus.
"Ca me ramène à des choses de mon passé que je veux oublier", m'a déclaré Princesse il y a plusieurs mois.
Ce n'est pas la première fois que je la voyais utiliser mon nom uniquement, celui qu'elle souhaite porter.

Mais cette fois, mon fils l'a fait également.
Et comme il ne savait pas l'écrire, parce qu'il n'en avait jamais eu l'occasion, il l'a écrit de manière phonétique.
Ca m'a bouleversée, et je n'arrive pas à expliquer à quel point.
Ce matin-là, il a posé sa revendication, à sa manière, sans rien demander à personne.

Aujourd'hui, nous sommes le 5 septembre 2009, ça fait exactement 2 ans 1/2 que mes enfants ont raconté ce que leur père leur avait fait, 2 ans 1/2 que la plainte a été déposée et que l'enquête suit son cours. Il y en a encore pour au moins un an, plus sans doute. Une année au moins d'expertises et de contre-expertises, d'auditions, pour tous les 3.
Une année durant laquelle on va les obliger à revoir leur père dans un lieu médiatisé.

L'année de trop, pour nous 3. Parce que eux ont signifié de manière très claire qu'ils souhaitaient tourner la page, et que pour moi, c'est l'année de trop, simplement... Celle où j'ai envie de baisser les bras.

15 comments:

Anonymous said...

Ah, courage !

Valérie de Haute Savoie said...

Je ne comprends pas... mon procès a eu lieu en juin soit pas tout à fait six mois après l'agression... comment peut-on faire subir toute cette angoisse supplémentaire à deux enfants déjà tellement éprouvés ? Trois ans ! Mais ils cherchent quoi ?

Une fois de plus je suis en admiration sur leur capacité de résilience. Tu as de merveilleux enfants :)

stephanie said...

courage

Caro said...

Ne baisse pas les bras!

Même si cette année sera très lourde à supporter, parce que tu es déjà avec tes enfants, dans une nouvelle vie, je suis persuadée que vous tiendrez, juste pour ne pas avoir à y revenir.

Je n'écris que très rarement un commentaire sur ton blog, mais... tiens bon!

bricol-girl said...

Non ne baisse pas les bras, tu as tant fais jusqu'à présent!

petit bruit said...

je ne commente pas souvent, même si je passe toujours te lire... et là, j'ai juste envie de te faire plein de bisous...

1air2rien said...

Beaucoup de courage pour vous 3...
Je pense bien à vous...

Co de contes said...

ne pas baisser les bras..pas maintenant..courage!

Bismarck said...

Non, ce n'est pas l'année de trop. Il faut que ce soit l'année du renouveau. Courage.

liaht said...

C'est si long un an, si lourd dans des cas comme le vôtre.... Mais s'il faut en passer par là pour y gagner toute une vie plus sereine.... Courage !

Moukmouk said...

Il faut passer à travers pour la santé de tout le monde... mais comme je te comprends.

LiliLajeunebergere said...

Merci pour votre soutien :-)

On va bien finir par en voir la fin... une fin qui irait dans le sens de mes enfants...

Anonymous said...

et pour cette question de nom... est ce qu'il est possible de demander le changement ? (j'ignore le délai mais si ça pouvait aller plus vite ce serait peut être une petite victoire pour les enfants) en tous cas puisque l'école demande tous les ans une nouvelle fiche, eh bien ça peut être l'occasion d'annoncer qu'ils ont un nouveau nom d'usage au moins, à défaut d'une nouvelle date de naissance...
Clara.be

Sosso said...

Je sais que le tunnel peut paraitre parfois bien long! Mais par leur geste, tes enfants te prouvent justement qu'ils vont de l'avant.

Passé le moment de découragement je sais que tu sauras les accompagner sur cette voix comme tu l'as toujours fait!

Et cela peut peut-être commencer par demander officiellement à l'école d'utiliser ton nom à toi au lieu de celui du père ;-)

Plein de bises

LiliLajeunebergere said...

Légalement, impossible de demander à changer de nom officiellement pour le moment: le géniteur a toujours l'autorité parentale conjointe! Nous sommes obligés d'attendre, en espérant qu'à terme il perdra tout droit sur les enfants et qu'alors ils pourront choisir - mais je préfère attendre qu'ils soient ados et donc plus mûrs, ce n'est quand même pas rien d'abandonner son nom d'origine.

Quant à les inscrire à l'école sous mon seul nom, c'est dangereux. Un des reproches qu'on me fait, c'est de vouloir évincer leur "père" de la vie de mes enfants; nous ne parlons presque jamais de lui, pas de photos affichées sur les murs... On se demande bien pourquoi, n'empêche aux yeux de "ceux qui savent ce que qui est bon pour mes enfants", c'est mal!
Mes enfants sauront parler de leur choix, mais je ne veux pas qu'on pense que c'est moi qui les y oriente.