Tuesday, April 06, 2010

Ces profs qui nous ont marqués

Dans ses récents billets, Liath nous explique combien elle est énervée par l'attitude de certains profs (voir et )
Comme vous le savez, on n'en peut plus, de l'enseignante de Princesse. Je vous referai un billet à l'occasion, elle vaut son pesant de cacahouètes.
Et puis ce matin, Mister k m'a montré le contrôle d'anglais de P'tit Elfe. Il y avait une liste de mots en français, il fallait mettre le mot correspondant en anglais. Une seule faute, et pourtant 7,5/10 seulement. Motif, il a oublié les points et les majuscules! Comme je disais à Mister k, un mot, c'est pas une phrase, donc pourquoi les majuscules et les points? A moins que le prof l'ait exigé en consigne (et encore), ça ne justifiait pas tous ces points en moins.
En plus, P'tit Elfe est en SEGPA, les classes pour enfants ayant un handicap mental, ils ont déjà souvent été bien malmenés en primaire, la SEGPA est censé leur redonner confiance... C'est loupé là!
C'est dingue, ces profs qui donnent l'impression d'assouvir une vengeance sur le dos des élèves.

Du coup, ça m'a donné envie de pondre ce billet que je tourne dans ma tête depuis un bout de temps: les profs qui nous ont marqués. En bien ou en mal.

J'ai déjà parlé ici de ma prof de musique du collège et je vous assure que je n'en suis toujours pas remise, toujours impossible d'écouter sereinement "le beau Danube bleu".

Comme autre prof à jeter (n'ayons pas peur des mots, en plus je suis prof alors on va dire que j'ai le recul nécessaire hein :p ): le prof de maths que j'ai eu en 4ème.
Clairement, il bossait pour ceux qui suivaient. Le grand souvenir que j'ai de lui, ce sont les contrôles. Il nous prévenait à l'avance du temps qu'on avait, et c'était à la seconde près. 5 minutes avant la fin, il nous prévenait. Puis 4, puis 3, 2, 1...
Attention, plus que 30 secondes!
Et les 15 dernières, il les égrenait! Et si on avait le malheur de tenir le stylo une seconde de trop, on avait zéro! Je ne comprends toujours pas l'intérêt, 20 ans après. Par contre je peux vous dire que c'était stressant et déstabilisant, surtout quand on n'était pas fortiche en maths, ce qui était mon cas (je ne réussissais que si le prof était sympa...)
Son autre manie aussi, c'était de mettre un premier exercice barrière: si on avait faux, il ne corrigeait pas le reste!

Dans la série des profs de maths, il y a eu celle que j'ai eu en première, j'étais en 1ereB (économie), elle nous appelait B comme bêtas.... Ambiance...
Pour nous expliquer 1+1=2, elle était capable de tracer des cercles droits et des carrés à 5 côtés sans oublier d'invoquer la table de 3 et le théorème de Pythagore. Lorsque, dépités, on avouait qu'on n'avait pas compris, elle soupirait "mais je ne peux pas vous expliquer autrement!"
Heu... Ce n'était pas le principe de son métier par hasard?
Bref, de 15 de moyenne en seconde (j'aimais bien le prof :-) ) je suis passé à 7 ou 8 en première, mais la chute fut plus rude encore en terminale. Etant nullissime en économie mais bonne dans les autres matières (sauf en maths :p ), j'ai eu la chance de pouvoir passer en terminale A1 (littéraire)
Avec un coefficient de 4 en maths au bac, quand même, sachant que le plus gros coefficient était la philo, 5.
Cette année-là, le prof de maths arrivait ivre en cours, nous balançait des exercices pour avoir la paix, nous pondait des contrôles au dernier moment, sans les avoir préparés à l'avance, en tanguant devant le tableau.
Bref, j'ai fini à 4 de moyenne, je me demande encore comment j'ai réussi le miracle de ne pas avoir 0 tout simplement, j'ai passé une année entière à ne rien comprendre à rien, sauf aux probabilités, qui m'ont sauvée à l'épreuve du bac: les seuls 8 points que j'ai eus, c'étaient ceux-là!

Et 15 ans après, je fais toujours des cauchemars où il est question de maths, de cours de maths où on s'englue, d'épreuves de maths après lesquelles je cours... Véridique! Comme quoi on peut pourrir la vie de manière durable!

Je passe sur les profs de langues, j'en ai toujours eu des bons, mais rien d'extraordinaire non plus, pfffffffffff même pas drôle (pour faire plaisir à Bismarck j'évoque quand même brièvement la prof d'allemand que j'ai eue en première et terminale, qui nous a fait découvrir le mouvement du Blaue Reiter ;-) )

Les profs de français, pareil, rien à redire dans un sens comme dans l'autre, tous m'ont correctement préparée aux épreuves du brevet et du bac.

Les sciences, j'avais du mal. Une allergie à mon père (comme les maths).
Je me souviens qu'à une époque, le lycée avait organisé des sessions de rattrapage dans différentes matières, j'en ai bénéficié en sciences physiques, et avec l'aide d'un prof extraordinaire, j'ai tout compris en 2h! Mais je ne l'ai eu que 2 h, je ne peux pas en dire grand chose, je me souviens juste de ma fierté et de la gratitude que j'éprouvais envers lui. Et y'a pas à dire, les gamins comme je l'étais, timides, peu sûrs d'eux, rêveurs, continueront longtemps de se laisser couler sans rien demander à personne, avec les surcharges de classe qu'on nous prépare :-(

J'arrive à une matière que j'aimais beaucoup, l'histoire-géo (j'avais hésité entre étudier les lettres modernes et l'histoire d'ailleurs, j'ai finalement choisi lettres modernes parce que j'aimais beaucoup lire)

Je me souviens du prof complètement dingue.... Mais Libellule se réveille, alors ça sera pour la prochaine fois!

5 comments:

Anonymous said...

Juste une anecdote pour abonder dans ton sens : L'année dernière ma fille en 6è rentre avec un 8.5/20 en anglais.J'avais révisé avec elle et je m'étonne de sa note.Elle me répond que c'est la 2è meilleure note de la classe; prise d'un doute je vérifie sur le site du collège ce qui confirme ses dires (déjà là en tant que prof je me pose des questions !!!).Devant autant de mauvaises notes la prof refait un contrôle et ma fille revient alors avec un 3.5/20 coefficient 2 puisque c'est un rattrapage !!! Là j'ai eu très peur qu'elle se décourage mais cette année avec une "vieille" prof elle a 17.5 de moyenne et adore l'anglais !!! OUFFFFFFFFFFFFF

Anne

FD said...

Parfois, en salle des profs ou à la cantine, je bondis de rage intérieurement (ou extérieurement aussi) lorsque j'entends certaines réflexions de profs, souvent jeunes et pétris de certitudes. "arf, Untel, normal, comment veux-tu qu'il s'en sorte, le pauvre, il vit en famille recomposée,avec des enfants partout, ceux du beau-père, un autre qui arrive par dessus, la mère qui doit être à la ramasse..." j'ai envie de taper dans le tas... je suis revenue en France après 6 ans passés en Afrique pour suivre mes parents qui voulaient nous donner une double culture (parents enseignants en dispo qui ont enseigner sous contrat local et j'étais scolarisée dans les écoles locales et non pas au lycée français)L'année scolaire étant là-bas de janvier à novembre, il état un peu normal que sortant de 5è je ne puisse pas intégrer une 4 en cours d'année... ma prof principale prof d'HG (pourtant j'avais d'excellentes notes dans les matières littéraires) a fait pour moi un dossier de CPPN (je ne sais pas si tu as connu ça...ce sont les EREA de maintenant en quelque sorte) qu'elle n'a eu plus qu'à tendre à ma mère pour signature...Ma mère, prof, a fait des bonds de 10 mètres ! Des années plus tard, j'aurais aimé lui dire que j'étais diplômée d'université avec une diplôme de traductrice en poche et que bien plus tard je passerai avec succès un capes... Elle est hélas décédée assez jeune mais ça n'enlève pas l'immense amertume que j'ai encore contre elle et son jugement à l'emporte-pièce...

liaht said...

Je me sens d'un coup moins seule avec mon billet qui m'a quand même attiré les foudres de certaines ! Merci !
(Je suis toujours surprise de constater que je reçois des mails agressifs d'inconnus dont je me demande bien où ils ont eu mon adresse ...!)
C'est quand même dommage que la plupart des profs dont on se souvient soient ceux qui ont laissé des souvenirs un peu négatifs !

Anonymous said...

Mon instit de CP avait dit à ma mère que je n'aurais jamais le bac et qu'il ne fallait pas avoir beaucoup d'espoirs pour moi. J'ai bac+5, mais pas grâce à elle, vu que j'ai quitté le CP sans savoir lire et écrire. C'est un peu normal, elle m'avait reléguée au fond de la classe avec les 2 autres "cas sociaux" (à savoir des enfants d'ouvriers) et ne s'est jamais occupée de nous ! C'est ma mère qui m'a appris à lire, écrire et compter pendant les vacances d'été ...

Bismarck said...

Beh moi, les majuscules, je sanctionne, vu qu'en allemand, c'est obligatoire sur les substantifs... Mais le prof du P'tit Elfe, clairement, il exagère, surtout en SEGPA! (sûrement un prof de collège "normal" qui n'a jamais eu ce genre de classe?)