Saturday, February 12, 2005

"je suis déprimé maîtresse"

................................................................................................
................................................................................................


Tu veux que je t'apprenne un nouveau mot??? l'impuissance, ça veut dire que je ne peux rien faire pour toi.

Tiens un autre mot, celui là sûr tu ne le connais pas, il est joli, retiens le bien il va te bouffer la vie, c'est l'éthique, ça veut dire que je ne peux pas te donner mon numéro de téléphone pour que tu puisses m'appeler au lieu de te foutre en l'air comme l'a fait l'adolescente du collège à côté.

........................................

"je voudrais être mort tout de suite"

ils se sont donnés le mot ou quoi???

Alors je sors mes belles phrases, vous avez un super vie qui s'offre à vous, plein de supers trucs à faire, et puis vous êtes heureux au fond, regardez les pauvres nenfants des pays pauvres, hein, comparez-vous à eux, vous n'êtes pas malheureux comme eux, même si vous avez quelques soucis, mais je sais que c'est du vent ce que je dis, que les douleurs sont réelles quels que soient l'age qu'on a et la vie qu'on mène, que la dépression ça existe chez les enfants, mais pour ces 2 là je ne peux RIEN FAIRE.

.................................................................


Je vais changer de boulot

3 comments:

a n g e l said...

"compassion" "écoute" "attention" "compréhension" "sourire" "respet" sont aussi des jolis mots qui peuvent non seulement te permettre de t'assoir sur une éthique dont on n'a rien à tamponner face à la détresse d'un enfant, mais aussi de garder un métier pour lequel tu as des prédispositions évidentes :)

LiliLaJeuneBergere said...

sur une année on peut apporter beaucoup à un enfant..... sur 3 semaines c'est plus dur....

alizarine said...

C'est moi et mon grain de sel ,encore une fois !

Je crois que la première chose à faire , c'est reconnaître la souffrance de la personne qui se confie à toi . Juste un sincère et bienveillant"je comprends", même si on n'a pas de remède ou de solutions . Et un peu de temps , mais ça n'est pas souvent possible , j'imagine ...et puis mouiller un peu sa chemise (et se mettre l'éthique derrière l'oreille)en expliquant que soi aussi , on a traversé des difficultés , surtout à l'adolescence , que c'est une période très dure pour tout le monde , et parfois plus dure pour certains ...Ecouter s'il n'y a pas derrière une demande banale le besoin de témoigner de maltraitance ...orienter de toute façon vers une écoute professionnelle , n°vert ou CMPP avec psy gratuit ou bien remboursé .
On aide déjà beaucoup en montrant simplement qu'on a ENTENDU .

Bon courage dans ton métier , il te va bien !

;)

Alizarine et ses études de psy qui remontent à la surface des (bons) souvenirs .