Tuesday, May 27, 2008

Etude comparée

(Parce qu'il vaut mieux en rire, malgré tout)

En un peu plus d'un an, j'ai eu l'occasion de comparer la vie quotidienne avec un enfant le bras plâtré, un enfant le bras en atèle, et un enfant en béquilles pour cause de jambe non fonctionnelle (avec option atèle ou non).

Je suis en mesure de vous fournir mes conclusions:

1- Plutôt plâtre ou atèle?
Alors là, je suis catégorique: l'atèle! Parce que le plâtre, faut éviter de le mouiller - donc utiliser des sacs poubelles, c'est lourd en plus mais bon ce n'est pas mon problème (c'est vrai quoi, elle n'a qu'à faire attention à son bras!)

2- Plutôt été ou hiver?
Il faut mieux que votre enfant se fasse des misères l'été. Question d'habillement. On peut le mettre en débardeurs et shorts, et donc sauvegarder sa garde-robe d'hiver: je ne compte plus les tee-shirts manches longues que j'ai sacrifiés à la maladresse de ma fille!

3- Plutôt le bras ou la jambe?
Je trouvais ça hyper pénible, le bras plâtré ou en atèle. Faut choisir les vêtements avec soin - manches larges en cas de plâtre, pratiques à enfiler - faut aider pour l'habillement, faut couper les aliments... Mais au moins, l'enfant avec le bras en écharpe MARCHE! Et ça change tout! Celui en béquilles marche aussi, mais lentement, péniblement, et je ne vous parle même pas du drame des escaliers.

Bref, on récapitule: suggérez à votre enfant que, quitte à se faire des bobos, qu'il se le fasse exclusivement l'été, au bras, et pas trop méchamment pour pouvoir se contenter d'une atèle.

5 comments:

tirui said...

ah zut j'aurais du faire lire ça à ma noémie avant ! on m'a téléphoné du college à 16h pour la ramener, vu qu'elle pouvait plus marcher.
mais bon avec un peu de chance elle a juste mal (coup sur le pied) et rien de cassé, je pourrais redonner au college les béquilles prêtées sur le moment. Et c'est aussi pénible qu'en hiver, un printemps aussi humide, les béquilles ça glisse sur le sol mouillé ;-)

FD said...

Tout ça j'ai pas testé (vite une planche de bois que j'y pose la main !) mais finalement je n'ai pas à me plaindre : les points de suture en différents endroits de la tête et du visage n'empêchent ni le déplacement ni l'habillage (on lave pas le cheveux mais ça ne handicappe pas, ça les cheveux crabeurks !)

Bismarck said...

J'ai passé au moins six mois de ma vie sur béquilles, en cumulant.
Alors oui, le sol mouillé, c'est l'horreur. Les feuilles humides, pareil.
Et pour les escaliers, au moins ceux de l'intérieur: je les ai montés et descendus sur les fesses, c'est beaucoup moins fatigant qu'à la force des bras.
Elle n'a vraiment pas de chance, ta fille!

LiliLajeunebergere said...

Tirui, comment va Noémie?

FD, le couturé de la famille, c'est Viking :-D

bismarck, j'entends souvent parler de ce genre de séries noires, enchaînements de bobos divers et variés... ma fille a aussi usé ses fesses sur les marches d'escalier ;-)

Clara.be said...

autrement dit l'été arrivant, c'est le moment de leur conseiller de se faire mal AVANT l'hiver prochain?
(ici la spécialité c'est la chute sur la tête, là on n'est certes pas embêté par un plâtre)
(ch'suis contente j'arrive enfin à signer)