Monday, May 11, 2009

Les enfants de demain (2)

Pour faire suite à l'épisode précédent...

Peu avant les vacances de février, je suis allée faire un remplacement dans l'école soit disant chicos et select de la ville, tellement chicos et select que la fille d'une princesse la fréquente, c'est vous dire.

J'avais fait une matinée de remplacement dans cette école l'année dernière, passant de classe en classe lors de réunions. J'ai trouvé les enfants remuants, bruyants, pas très concentrés, voire franchement siphonnés pour certains - hé oui, même dans la "meilleure" école du coin! J'ai assisté à un gros caprice de la part d'une gamine de CM1, un truc que je n'aurais pas cru possible!

Cette fois, me voilà en CP pour deux jours... Et j'ai été extrêmement découragée.
Les élèves étaient extrêmement désagréables. Pas le style, comme précédemment, "on a envie de t'em*****er gratuitement" mais plutôt "qu'est-ce qu'elle me veut celle-là?"

C'est ça, j'étais une subalterne, comme tant d'autres autour d'eux, et c'était à moi de m'adapter et de faire selon leur bon vouloir.

Une partie de ces enfants vient réellement de familles aisées - comme la fille de la princesse C. de M. épouse H., je dis ça je dis rien.

Comme y'a quand même une justice :-) ces enfants avaient un niveau scolaire faible voire médiocre! Incroyable, je n'aurais jamais imaginé. Contrairement à ce qu'on pense, ils ne sont pas spécialement suivis chez eux, leurs parents ont mieux à faire, et je ne pense pas que la culture soit une valeur dans leur milieu- après tout, ils reprendront toujours la boîte de papa! On cultive plutôt l'apparence... Et un jour on se retrouve avec un président bling-bling qui méprise ouvertement le monde de la culture, de l'enseignement et "la princesse de Clèves"...

Le plus triste dans l'histoire, c'est qu'un certain nombre d'élèves vient de milieux sociaux défavorisés, leurs parents font parfois des pieds et des mains pour qu'ils soient scolarisés dans cette école, et finalement, ils ne sont pas du tout tirés vers le haut...
Dans n'importe quelle autre école ils auraient une chance, mais là....

7 comments:

Valérie de Haute Savoie said...

Une de mes amies était prof dans un collège très huppé à Genève et était plus qu'exaspérée par l'inintérêt des élèves pour TOUT. Ils faisaient le tour du monde régulièrement, skiaient à Gstaat, nageaient à St Barth mais rien de rien ne les intéressait.
J'ai moi-même gardé il y a longtemps, des enfants d'une famille fortunée, et ce qui était particulièrement étonnant était cette façon de me traiter comme une merde alors qu'ils étaient vraiment très jeunes.
Pour ce qui est enfant de patron, en ce moment je découvre ;) Nul besoin d'être cultivé, intelligent ou travailleur pour avoir un poste à responsabilité... c'est juste un peu rageant !

Mandrillus Sphinkx said...

@ la (ma) bergère : d'après ce que tu m'as dit, la (vraie) princesse est loin d'être la plus pénible (en plus elle mets son enfant dans le public), pense à le préciser, soyons juste
;)

@ Valérie ci-dessus : c'est pas seulement rageant, c'est désastreux.
Si nos entreprises sont mal en point, c'est aussi pour une bonne part dû à l'incompétence de ces nouveaux dirigeants, testiculo-méritants et diplômés à coup de chéquier.

Moukmouk said...

Ce n'est pas pour rien que l'école Française est considérée comme médiocre. Il y a une logique de sélection dans l'esprit de l'école républicaine qui décourage beaucoup les enfants et ne favorise que la reproduction des élites.

( ça pue le socio-constructivisme mon truc non?)

sosso said...

hum....véto c'est pas mal comme métier non? :-D

La Femme coupée en deux said...

Hello, bergère... Rien de spécial à dire si ce n'est bonjour...

Soeur Anne said...

En plus, je crois qu'elle a une licence de lettres, la princesse.. ;-)

J'ai une amie qui était prof dans un collège également très huppé à Lyon, les enfants les plus huppés étaient toujours seuls, "aimés" à coup de chéquier..

Ppn said...

Ces gosses de riches qui prennent des adultes pour de la m... sous prétexte qu'ils sont là pour les "servir", c'est odieux. D'accord avec toi sur notre président bling-bling qui méprise la Princesse de Clèves (de tte façon, il ne lit pas). Mais parfois, je me dis qu'on a les dirigeants qu'on mérite, non ?