Sunday, November 19, 2006

Adieu petit sac à dos

Que faites-vous lorsque vous trouvez dans un parking ou en bas de l’ascenseur d’un immeuble un petit sac à dos Batman contenant quelques vêtements de petit garçon et un cahier avec tampon de l’école maternelle située à quelques dizaines de mètres de là et nom et prénom du petit garçon à qui tout ceci appartient?

Non ne dites rien, je sais, vous êtes des personnes bien, amis lecteurs. Vous habitez peut-être l’immeuble où réside ce petit garçon, vous avez repéré son nom sur la boîte aux lettres, vous y glissez un mot, « retrouvé le sac à dos, vous pouvez venir le chercher à tel étage », ou même vous le rapportez carrément. Ou alors, vous ne savez pas où habite ce petit garçon, alors vous rapportez le sac à l’école, à quelques dizaines de mètres de là.

Tom-Tom a perdu son sac à dos mardi en fin d’après-midi, soit sur le parking, soit juste à côté de l’ascenseur, alors qu’il était avec ma mère. Il est porté disparu. J’habite un quartier où on garde jalousement ce qu’on trouve, qu’il y ait un nom ou pas.

Un quartier où je me dépêche de passer sous les ponts pour ne pas recevoir de crachats d’en haut.
Un quartier où je me fais appeler mémé par des imbéciles de 15 ans - ce n’est pas qu’on m’appelle mémé qui m’agace, mais que ça soit une insulte et qu’on se permette d’en user dans la tête des inconnus dans la rue, gratuitement.
Un quartier où une fille est une femelle ou une gazelle.
Un quartier où on se fait asperger de coca en passant.
Un quartier où rares sont les moins de 30 ans qui en valent encore la peine.
Un quartier dont certains aspects me manqueront, malgré tout, lorsque j’en serai partie. Parce que non, je ne peux pas, je ne veux pas rester là, dans cette ambiance si moche où le respect de l’autre ne signifie plus rien.

Et j’ai mal au bide pour le sac de Tom-Tom l’angoissé.

4 comments:

a n g e l said...

oué y'avait eu pareil pour le sac de la Lutine , 3 ans, son ours fétiche, sa serviette de cantine, son bib, sa tototte et ses deux bandanas doudous, laissé tombé dans la rue, retour sur les lieux moins d'une minute après, introuvable. Et jamais retrouvé.

LES GENS SONT CONS.

Et on parle chez moi d'une banlieue ultra chicos bobo style de l'ouest parisien hein //soupir//

a n g e l said...

des bises pour TomTom

LiliLaJeuneBergere said...

Je suis bien d'accord avec celle de tes phrases qui est écrite en gros! Et merci pour les bises, Tom-Tom adore ça!

Fabi said...

Moi j'ai de la chance: le lapinou de ma fille qu'elle avait perdu dans un grand magasin à été raporté par une nana qui en entendant les pleurs de la gamine se doutait que s'était elle.

Réciproquement, le jour ou j'ai trouvé un doudou par terre devant chez moi, je l'ai accrocher a un arbre,suffisament haut pour qu'un enfant seul ne puisse pas l'attraper.
Quelques heures plus tard, les cris de joie du gamin et le rire de la maman prouvait que le doudou avait retrouvé son proprio légitime.

Comme quoi, malgré tout, ya des gens bien ;)