Tuesday, December 09, 2008

OrigineS

Curieux, ce reproche qu'on me fait dans un commentaire de la note précédente.
Je n'élève pas mes enfants dans la connaissance de leur origine. De leurS origineS.
Je ne connais déjà pas ma propre origine...

C'est quoi, l'origine?

Là où on est né? J'accroche le drapeau Lorrain, pour cette petite ville minière où je suis née et où j'ai vécu quelques mois, je n'y suis jamais retourné...

Là où on a vécu? J'accroche le drapeau des Yvelines, et celui de la Nièvre.

Là d'où viennent nos parents? j'accroche le drapeau normand - où est né mon père-, le drapeau du Loiret - où il a vécu entre autres, j'ai oublié les autres lieux-le drapeau De l'Essonne où ma mère est née, celui des Hauts de seine où mes parents se sont rencontrés.

Là d'où viennent nos grands-parents?
J'ai un grand-père né à Madagascar d'une mère qui venait de la Guadeloupe et dont le père était né à Nantes d'un père né dans le Finistère, une grand-mère née je ne sais où, dont la famille -les parents , les grands-parents? - venaient d'Auvergne.
Un autre grand-père d'origine normande à ce qu'on sait, sa mère ayant été mère célibataire il me semble.
Une grand-mère issue de la grande bourgeoisie normande mais abandonnée aux métayers qui l'ont élevée.. j'aurais aimé leur demander, à ces deux grands-parents-là, d'où ils se sentaient.....

Alors, dans tout ce bordel, c'est quoi, mon origine? Je ne me sens d'aucun de ces coins là.

Les racines plus lointaines? la sœur de mon père pour son côté, et ma mère pour le sien, s'amusent à la généalogie.... C'est incroyable ce qu'ils ont eu la bougeotte, de tous les côté de ma famille. J'ai un nom normand, ma mère a un nom breton, mais ça fait belle lurette que mes ancêtres ont quitté leurs régions pour voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Mes parents ne se sont jamais réclamés de la Bretagne ni de la Normandie.
(Par contre, j'aime beaucoup l'histoire de mes aïeux, je connais beaucoup d'anecdotes, certains ont eu des vies rocambolesques)

Quant à l'origine de mes enfants... Ca a un côté déplacé, d'évoquer l'origine d'enfants dont le père a été abandonné puis adopté de l'autre côté de la terre.
J'ai accroché le drapeau français, le drapeau malgache, je peux accrocher le drapeau d'un pays sud-américain; mais est-ce à moi de l'accrocher? C'est indéniablement une partie importante des racines de mes enfants, mais une partie dont je ne peux leur parler. Ce que j'en sais, c'est que leur grand-père biologique est indien, leur grand-mère plutôt d'origine européenne, mais de quel(s) pays?

Je n'évoque donc pas la question de l'origine à la maison, parce que ce n'est pas quelque chose qui me préoccupe, je n'ai aucun lien affectif avec un pays étranger ou une région de France (mais je conçois très bien qu'on puisse en avoir un ou plusieurs).

Et que je sache, ne se réclamer d'aucune origine particulière, ce n'est pas une tare!

4 comments:

liaht said...

Je rejoins totalement ton analyse...
Née au Maroc, de parents français, dont l'un est lui-même né à l'étranger de parents français...
Monsieur Liaht, pied-noir sur quatre générations au moins....
Mes enfants sont nés aux Antilles....
Je me sens avant tout citoyenne du monde, mais pas sans racines ... puisque j'ai ma famille !!!

Flo said...

J'avais récrit plusieurs fois mon commentaire pour qu'il ne soit pas trop agressif ou donneur de leçons, sans réussir apparemment. Je vais tout de même réessayer.
La question de ces jeunes n'est pas étonnante, étant donné qu'ils ont vu les gens autour d'eux se définir ou être définis en fonction de leurs origines, réelles ou supposées d'après leur traits ou leur couleur de peau.
Ton fils devait leur montrer un puzzle trop indéchiffrable...

Ce qui m'a fait réagir en fait c'est ta phrase "c'est un sujet que je n'aborde pas à la maison" : tu semblais dire que l'histoire de ta famille était trop compliquée pour que tu en parles à tes enfants ; or pour moi c'est justement la richesse de cette histoire qui la rend intéressante et méritant d'être racontée. Tu parles d'errances et d'exils, mais aussi d'espoirs et je me disais qu'il y a sûrement des aventures et des renaissances dans cette histoire.
Tu en dis un peu plus dans ton nouveau post, et je vois que tu as plus réagi au mot d'"origine" comme à une référence géographique là où j'entendais "origines" comme racines... et celles de tes enfants couvrent le monde apparemment !
J'avais peut-être un peu compris ta précédente réaction comme une indifférence à ces racines, quand tu refusais de les réduire à un lieu.

C'est vrai qu'à 6 ans c'est encore trop tôt pour revendiquer tout ça, et mon fils (6 ans aussi ) à qui je viens de poser la question n'a d'abord pas compris le mot origine puis à "d'où tu viens" à répondu "ben Paris"
Evidemment.

Enfin sans vouloir faire de la psychologie de base, j'ai l'impression que si compliquée et douloureuse que soit l'histoire des origines de leur père, il faudra leur en raconter quelque chose un jour... pas facile pour toi bien sûr.

J'aurais peut-être encore dû me taire car de quoi je me mêle, hein? mais c'est là pour être lu et je suppose commenté, même maladroitement...

Eddye said...

Complètement d'accord !
Même si ma famille a moins bougé que la tienne et est plus ou moins restée en France, entre la région parisienne, le lyonnais, la vienne, le sud-ouest, je ne me sens pas de "quelque part", à chaque fois qu'on me demande mon origine, je répond "de partout" :-))

LiliLajeunebergere said...

je n'ai pas le temps de réagir à vos commentaires, je voudrais juste préciser à Flo que je ne trouvais pas son commentaire agressif :-) j'ai juste voulu réagir à ce que tu disais, et moi aussi j'ai réfléchi (mal, il était tard) à la manière de présenter les choses pour que tu ne te sentes pas "visée" :-)
ton avant-dernier paragraphe touche juste évidemment (j'y reviendrai), et pour finir, non, ne te tais pas! les commentaires servent à exposer divers points de vue!