Friday, December 22, 2006

Un bout d'enfance en moins

J'ai écrit d'autres textes ces derniers jours, mais il n'est peut-être pas utile que je les publie tous.

J’ai dit à Nana qu’elle avait le droit d’être heureuse. Nous avons elle et moi le droit d’être triste, le droit d’être en colère, mais aussi celui d’être heureuses.
(et j'ai même le droit d'avoir le coeur qui pétille...)
En fait, nous avons même le devoir d’être heureuses, parce que nous en avons la possibilité. Qui peut en dire autant dans les deux familles brisées par le drame ? Combien de temps mettra Zaza à retrouver la sensation de bonheur ? Combien de temps passera avant que les parents de l’absente esquissent un semblant de sourire ? Et la mère de mon ex-mari ?
Ce n’est pas tout à fait notre histoire… J’essaie de garder ça en tête pour les mois et années qui arrivent.

Mercredi, nous avons passé un long moment en ville, à profiter des attractions de Noel. Les enfants ont été maquillés, ont fait du ski, entre deux allers-retours au conservatoire pour Nana.
Nous avons également cherché LE cadeau parfait pour Zaza. Nous l'avons déniché dans un magasin de jeux et jouets en bois et tissus: un petit sac en bandoulière, que nous avons rempli de petits accessoires.
A un moment où Tom-Tom s'était un peu éloigné, Nana m'a glissé "maman, en fait, je ne crois plus au Père Noel... Alors il faut qu'on achète un autre cadeau pour Zaza, et je lui dirai que c'est de la part du Père Noel"

Ma petite Princesse...Cela couvait depuis un bout de temps sans doute.... Elle avait encore envie d'y croire... Mais depuis dimanche soir, elle a pénétré dans un monde que certains adultes rendent brutal, et elle a perdu un bout d'enfance, un bout d'innocence...

2 comments:

bricol-girl said...

Ou comment les événements douloureux cassent les plus beaux r^ves. bon courage pour traverser cette période.

choupette said...

Je rentre de vacance et lis avec stupeur tes derniers messages .

Je suis triste pour toi , pour tes enfants et pense enormement a cette petite fille qui du jour au lendemain, a cause d'un " bip ", sa vie vient d'etre brisée .

Courage