Tuesday, April 18, 2006

Jogging

J'ai été citée sur le blog Canoé à propos de la course du matin. J'avoue, ça m'a fait plaisir, mais en même temps, je rappelle que ce n'est plus la course le matin, hein!

Le billet, écrit par Renée Laurin, a remué des choses. Quand j'étais gamine, je faisais du jogging des fois, avec mon papa. J'ai beau réfléchir, je ne me souviens pas d'autres moments sympas passés avec mon papa. Même certains épisodes jogging finirent mal, d'ailleurs - mon père a ce don, de transformer bien des choses en cauchemar. Même les choses simples. Ca a empiré avec l'âge, en plus. Il n'a aucun ami et la famille se détourne de lui. Ma mère ne le supporte plus depuis près de 20 ans mais je vous rassure, c'est réciproque.

Il était pompier de métier et devait garder une certaine forme physique (même si, de fait, il était cantonné dans les bureaux depuis sa deuxième tumeur au cerveau). D'où le jogging. Quand j'en ai l'occasion, j'aime bien courir. Mon père, lui, courait par devoir. Ca se trouve je me goure complètement, il aimait courir, il courait par plaisir, mais la notion de plaisir s'accorde fort mal avec mon père (ainsi que celle de bonheur). Mon père ne fait rien par plaisir. Il s'impose au contraire bien des choses pas fun du tout, comme prendre sa douche à l'eau froide ou lire l'humanité (huhu).

Après tout, pourquoi pas, me direz-vous. Et vous avez raison. En fait, ce que je reproche à mon père, c'est son égocentrisme. Un cas médical, je vous assure. Exemple: ma soeur a la spondylarthrite, maladie génétique léguée par ma mère, preuve sanguine à l'appui. He bin non, mon père a décidé que c'était suite aux médicaments qu'il a absorbés lors de sa première tumeur au cerveau, peu avant de procréer. Le monde entier tourne autour de lui que ç'en est désobligeant. J'ai des tas d'exemples. Il n'a pas passé le stade des 2 ans. Un cas médical, je vous dis.

Pourquoi tant d'acharnement? Parce qu'au delà de l'agacement, voire de la colère parfois, c'est de la tristesse que je ressens. De la tristesse pour cet homme qui a loupé sa vie sans même s'en rendre compte. Qui a loupé toute relation avec d'autres êtres humains. Avec ses enfants. Je suis passée à côté de mon père parce qu'il a tout fait pour, et je n'arrive plus à faire quoi que ce soit pour faire machine arrière. Je sais qu'un jour, lorsque ce sera trop tard, je m'en voudrai, je le regretterai. Mais au jour d'aujourd'hui, comment faire pour aller vers un homme qui ne voit qu'une chose en moi: je n'ai pas été à la hauteur de ses espérances, et qui ne retient qu'une chose de moi de ces 10 dernières années: l'homme politique pour lequel j'ai voté aux présidentielles de 2002 (et ça n'avait rien de honteux pourtant!)

J'aimais bien faire du jogging avec lui quand j'étais petite. C'était le seul moment où il ne me traitait pas de nulle, ne me gavait pas de tables de multiplication ou de la biographie de Charlemagne. On faisait des mouvements rigolos. Il fallait faire comme lui: respirer que par le nez puis que par la bouche. Ce sont les seuls bons moments dont je me souvienne avec lui. Les seuls purs. Les seuls heureux.

Il faudra que je m'en souvienne, plus tard. Il y a eu des moments heureux.

6 comments:

Bellzouzou said...

des bises, jeune bergère.

Frankie said...

eh ben, c'est pas la joie !
bizz

FD said...

:-(
mais quand même, c'est ton seul et unique papa...
Et vaut-il mieux celui-là ou celui de tes enfants ? (désolée... là chuis pas gentille, pardon pardon... t'as le droit de m'exclure de ton club...)

a l'ouest said...

Il faudrait essayer de se souvenir seulement des moments heureux... C'est ça qui nous fait avancer.

Tout plein de bises aussi par ici!

valérie said...

Ben alors on a le même ? Quoique ma mère est pas mal dans le genre aussi.
Tu exprimes ce que j'essaye de faire comprendre aux amis.

LiliLaJeuneBergere said...

bellzouzou, frankie, merci pour les bises, je vous en envoie aussi ;-)

fd, tu prends un exemple extrême aussi ;-) et je ne peux pas vraiment répondre, je ne suis pas objective sur ce coup là!

A l'ouest, oui, je les emmagasine ;-) bises aussi

valérie, peut-être ;-)