Friday, May 26, 2006

Une aventure dont VOUS êtes le héros

Coeur gros ce soir, j'ai besoin que vous me fassiez rire!!

Vous êtes une enseignante de maternelle débutante maladroite timide mais pas méchante.

1- Un matin, vous entendez S., la maîtresse d'à côté, râler en entrant dans la réserve. Vous lui demandez ce qui ne va pas, "rien" qu'elle répond.
Le soir, la directrice vient vous voir. Devinez pourquoi, et la suite à rebondissements.

2- L'après-midi du même jour (des fois on cumule), vous avez peu d'élèves, vous leur proposez de la peinture libre. Vous sortez couleurs, pinceaux, éponges, rouleaux..... Puis vous mettez tous les ustensiles à tremper dans un seau, vous remettez les couvercles sur les pots de peinture que vous rangez, vous donnez un coup d'éponge sur la table.
La directrice a un mot à vous dire à ce sujet aussi, devinez?
Précision: la directrice est d'une incompétence rare.

3- Vous passez malencontreusement dans la tisanerie, domaine des atsem. L'une d'elle vous demande qui a fait la vaisselle - c'est l'époque où vous mangiez encore avec vos collègues. Bêtement vous répondez que c'est vous.
Et devinez ce qui s'ensuit- vous aurez du mal, c'est tellement crétin, mais tentez quand même votre chance qu'on rigole un coup.

4- Mercredi, midi. Hé oui vous avez école le mercredi et non le samedi et là il vous reste une gamine sur les bras, le car qui emmène les enfants au centre va partir, vous n'arrivez pas à joindre les parents.
Qu'est-ce que les atsem vous pondent pour vous em******** gratuitement?


5- Votre atsem est absente, remplacée par une chouette fille, mais l'école est en panique avec 2 maîtresses absentes et non remplacées. Vous apprenez qu'après la récréation, l'atsem remplaçante viendra dans votre classe. Elle ne montre pas le bout de son nez.
Que vous reproche-t-on, une heure après?

6- La vieille c***** d'atsem (vous savez celle qui jette les productions d'art plastique des enfants) est enfin à la retraite. La nouvelle est sympa et d'accord pour vous accompagner à la ludothèque ce matin-là à 9h parce que vous savez que vous n'avez pas assez de parents accompagnateurs. Vous passez signaler le fait à la maîtresse d'à côté, qui n'aura que la collation à faire seule, l'atsem reviendra à temps pour les ateliers. Il est 8h15, l'école est encore fermée.
Que vous répond la maîtresse d'à côté?
Et comment réagit la directrice?

7- Cela fait 4 semaines que l'école a repris et la nouvelle atsem n'a pu travailler qu'une seule fois dans votre classe. La deuxième fois qu'elle parvient à prendre un groupe, c'est plus long que prévu et elle déborde sur le créneau de la maîtresse d'à côté. Créneau à la convenance de la maîtresse en question, bien sûr, élastique dans son intérêt.
Bref, réaction de la maîtresse d'à côté?

8- Vous pensiez avoir de quoi faire de la pâte à sel mais vos réserves se sont épuisées plus vite que prévu. Vous avez besoin d'1/2 tasse de sel. Vous demandez à la maîtresse d'à côté qui vous répond que "han trop pas possible j'en n'ai pas assez". Vous allez voir une autre maîtresse qui est occupée, du coup vous demandez à son atsem.
Que vous apprend alors cette atsem, et comment parvenez-vous quand même à votre fin, malgré les bâtons qu'on vous met dans les roues?

9- Le même jour (soit aujourd'hui en fait) la maîtresse d'à côté vient vous gonfler deux fois avec un catalogue de montres faites par une maman d'élèves.
Que lui répondez-vous, un tantinet énervée mais néanmoins très polie?

Allez, à vos claviers, lâchez-vous, de toute façon, vous serez sans doute en deça de la réalité.

20 comments:

http://monoparentale.hautetfort.com said...

ma cher bergére restons zen je sais que c est pas évident mais je t assure sa vaut le coup enfin demain week end.j étais stagiaire atsem il y a 2 ans maintenant je suis auxiliaire de vie mais je suis d accord avec toi travailler qu avec des nanas l ambiance défois et trés dur bon courage a bientot la mono

la mono said...

au fait j oublier en ce moment j ai découvert un blog que j aime bien c est blabla d une mummmy active bonne lecture

Loreal said...

Quelque chose me dit que je n'aurais pas l'imagination nécessaire pour trouver toutes les réponses... mais j'ai de la peine pour toi...
Je t'embrasse

a n g e l said...

je crois bien que je saurais répondre tous les trucs pires

ça me déprime pour toi tiens :'(

allez un gros câlin, et donne nous les réponses qu'on s'énerve un bon coup et qu'on leur envoie des ondes maléfiques à cette bande de grognasses!

anna said...

un poste de MS se libère dans mon école... les ATSEM sont des perles... ca te dit ???

Hedwige said...

Han mais too easy !
1 > elle a découvert un rat mort dans la réserve, a décidé que c'est toi qui l'y avait ébergé. après moultes rechers, vous avez trouvé sa progéniture mal nutrie à l'agonie dans un coin, tu as été obligée de les adopter, il faut donc à présent que tu travailles le soir en tant que strip teaseuse pour gagner plus d'argent pour nourir toute la petite famille...
2 > Les femmes de ménage ont pris le seau avec tous les pinceaux pour un seau de ménage, elles ont nettoyé le sol avec qui est aà présent d'une délicate couleur rouge marbré bleu (ça dépend de quel pinceau elles ont touché avec la serpillère), la directrice te demande si les pinceaux n'auraient pas pu se nettoyer secs.
3 > elles re reproche d'avoir lavé la vaisselle en plastique (franchement, fais un peu gaffe quoi !:)
4 > elles coupent la ligne téléphonique, pour être sure que les parents ne parviendront JAMAIS à te joindre, et inversement
5 > De ne pas lui avoir dit où se trouvait ta salle, plan de l'école à l'appui.
6 > la maitresse répond, après un petit rire hystérique, "nan mais tu ne peux pas y arriver toute seule? imagine que moi j'aie un problème!
La directrice cnfirme que oui, si jamais il y a un problème, au vue de son incompétence, il faudra bien une atsem pour sauver la situation.
7 > elle arrive en courant dans la classe, et hurle, yeux exorbités et langue pendante "rend moi mon atsem SALOOOOOPE ! " [pardon, mais elle est un peu vulgaire non?]
8 > l'atsem t'apprend que l'autre maitresse se drogue au sel de pâte du même nom, et qu'elle vient de s'en faire une ligne à l'instant, vidant ainsi le paquet. N'écoutant que ton courage, tu sautes sur la maitresse, lui fait une prise de catch, et sort sa dose de réserve de sa chaussette, on ne te la fais pas à toi !
9 > "Mais tu vas me lacher grognasse??! j'en veux pas de tes montres, elles sont toutes pourrites, à moins de me déguiser en clown elles n'iront jamais avec aucune de mes tenues !? Dégaaaaaaaaaage !"
[ben quoi? je suis restée polie... presque.]

Frankie said...

Pourquoi tant de haine !!!

Bellzouzou said...

allez, 2 jours sans école, ni ATSEM, ni dirloche, ni collègues! plus qu'un mois à tenir. bientôt le soleil revient c'est la dame de la météo qui l'a dit. bizzzz tout plein.
PS: à Chartres, dans ma tite école qu'elle est super, y'a un poste dans 2 ans, tiens bon.

miss_emma said...

Bon, j'me lance :

1. Elle a été assaillie par une odeur épouvantable et mystérieuse et a fait un fulgurant malaise vagal du coude sublingual : 6 mois d'arrêt.
Son atsem préférée, apprenant cette tragique nouvelle de la bouche de la directrice, fut très ébranlée : sous le choc, elle a tenté de l'assassiner à coups de paquets de sel. Elle est actuellement en garde à vue dans les locaux de la Police Judicière.
Le soir, la directrice vient te voir pour t'annoncer que tu dois assumer le remplacement de la maîtresse d'à côté (6 mois d'arrêt, je vous le rappelle) et le sien, puisque là, elle file à l'hosto et elle est pas prête de revenir!
Le mystère de l'odeur épouvantable ne sera jamais résolu mais tu es ravie.


2. Juste avant d'aller joyeusement agoniser dans l'ambulance, la directrice te glisse une subtile allusion et tu te rends compte que tes élèves ont peint dans ta classe une fresque murale à mi-chemin entre la grotte de Lascaux et Picasso. Absorbée par de hautes pensées philosophiques, tu n'avais rien remarqué!
La directrice exige que tu renonces à ce genre d'activités subversives car trop bruyantes.
Tu es pleine de sang (ça gicle pas mal tellement elle gesticule) mais tu es ravie.


3. Les atsem, enfin les rescapées, convaincues que tu es à l'origine de l'odeur épouvantable et mystérieuse, t'accusent de vouloir les empoisonner sournoisement par le biais de leur vaisselle en plastique chérie.
Tu as encore les doigts tout fripés d'avoir fait cette maudite vaisselle dans l'eau trop chaude mais tu es ravie.


4. N'étant que de modestes et humbles atsem, elles excluent fermement d'assumer cette responsabilité en dehors de leurs heures de service et fuient comme des limaces.
Ni une ni deux, tu chopes la gamine sous le bras, tu piques un sprint digne de Carl Lewis (piquouzé) soigné à l'insu de son plein par le (véto) médecin de Richard Virenque et tu arrives à la dernière seconde à jeter délicatement la gamine dans le bus.
Tu aimes les transports en commun et tu es ravie.


5. Et pour cause: le retour de l'odeur épouvantable et mystérieuse!
Une heure après, on te reproche de transformer l'école, paisible paradis plein de quiétude avant ton arrivée, en enfer stephenkingien et de vouloir décimer tout le monde pour récupérer Christiane, la voiture de la maîtresse d'à côté.
Tu démarres en faisant crisser les pneus et tu es ravie.


6. La maîtresse d'à côté ne répond RIEN DU TOUT, vu que son malaise au n° 1 l'a envoyé (à l'asile) en maison de convalescence pour 6 mois.
La directrice ne réagit PAS DU TOUT, vu que depuis le temps qu'elle a enfourché l'ambulance au n° 2, elle doit être arrivée à (la morgue) l'hosto.
Personne ne suit cette histoire mais tu es ravie.


7. L'élastique n'est pas dans l'intérêt de la maîtresse d'à côté. On ne fait pas d'activités physiques intenses (à l'asile) en maison de convalescence.
Du coup, tu récupères la nouvelle atsem sympa à plein temps.
Le contact se passe bien et tu es ravie.


8. L'atsem te rappelle avec des sanglots dans le nez et des yeux globuleux de reproches le tragique destin de la directrice au n°1. Plus de paquets de sel dans cette école. Plus jamais ça.
Tu te souviens que certains paquets de sel ont échappé à la vigilance alcoolisée des vigoureuses forces de police lors de leur perquisition.
Tu finis ton activité et tu es ravie.


9. Cachant tes bras derrière ton dos, tu réponds à la maîtresse d'à côté (apparement y en a plein en stock, chez le Mammouth):
Pas de bras, (pas de chocolat) pas de montre.
*mode off* dans ta face, grossière grognasse
*mode on* une prochaine fois, quand mes bras auront repoussé...
Elle ramasse ses dents et sort piteusement.
RAVIE, tu es ravie de cette journée.


:-)


Je sais pas faire court quand j'me lâche...


Que la force moutonnée soit avec toi.

miss_emma said...

Bon, j'me lance :

1. Elle a été assaillie par une odeur épouvantable et mystérieuse et a fait un fulgurant malaise vagal du coude sublingual : 6 mois d'arrêt.
Son atsem préférée, apprenant cette tragique nouvelle de la bouche de la directrice, fut très ébranlée : sous le choc, elle a tenté de l'assassiner à coups de paquets de sel. Elle est actuellement en garde à vue dans les locaux de la Police Judicière.
Le soir, la directrice vient te voir pour t'annoncer que tu dois assumer le remplacement de la maîtresse d'à côté (6 mois d'arrêt, je vous le rappelle) et le sien, puisque là, elle file à l'hosto et elle est pas prête de revenir!
Le mystère de l'odeur épouvantable ne sera jamais résolu mais tu es ravie.


2. Juste avant d'aller joyeusement agoniser dans l'ambulance, la directrice te glisse une subtile allusion et tu te rends compte que tes élèves ont peint dans ta classe une fresque murale à mi-chemin entre la grotte de Lascaux et Picasso. Absorbée par de hautes pensées philosophiques, tu n'avais rien remarqué!
La directrice exige que tu renonces à ce genre d'activités subversives car trop bruyantes.
Tu es pleine de sang (ça gicle pas mal tellement elle gesticule) mais tu es ravie.


3. Les atsem, enfin les rescapées, convaincues que tu es à l'origine de l'odeur épouvantable et mystérieuse, t'accusent de vouloir les empoisonner sournoisement par le biais de leur vaisselle en plastique chérie.
Tu as encore les doigts tout fripés d'avoir fait cette maudite vaisselle dans l'eau trop chaude mais tu es ravie.


4. N'étant que de modestes et humbles atsem, elles excluent fermement d'assumer cette responsabilité en dehors de leurs heures de service et fuient comme des limaces.
Ni une ni deux, tu chopes la gamine sous le bras, tu piques un sprint digne de Carl Lewis (piquouzé) soigné à l'insu de son plein par le (véto) médecin de Richard Virenque et tu arrives à la dernière seconde à jeter délicatement la gamine dans le bus.
Tu aimes les transports en commun et tu es ravie.


5. Et pour cause: le retour de l'odeur épouvantable et mystérieuse!
Une heure après, on te reproche de transformer l'école, paisible paradis plein de quiétude avant ton arrivée, en enfer stephenkingien et de vouloir décimer tout le monde pour récupérer Christiane, la voiture de la maîtresse d'à côté.
Tu démarres en faisant crisser les pneus et tu es ravie.


6. La maîtresse d'à côté ne répond RIEN DU TOUT, vu que son malaise au n° 1 l'a envoyé (à l'asile) en maison de convalescence pour 6 mois.
La directrice ne réagit PAS DU TOUT, vu que depuis le temps qu'elle a enfourché l'ambulance au n° 2, elle doit être arrivée à (la morgue) l'hosto.
Personne ne suit cette histoire mais tu es ravie.


7. L'élastique n'est pas dans l'intérêt de la maîtresse d'à côté. On ne fait pas d'activités physiques intenses (à l'asile) en maison de convalescence.
Du coup, tu récupères la nouvelle atsem sympa à plein temps.
Le contact se passe bien et tu es ravie.


8. L'atsem te rappelle avec des sanglots dans le nez et des yeux globuleux de reproches le tragique destin de la directrice au n°1. Plus de paquets de sel dans cette école. Plus jamais ça.
Tu te souviens que certains paquets de sel ont échappé à la vigilance alcoolisée des vigoureuses forces de police lors de leur perquisition.
Tu finis ton activité et tu es ravie.


9. Cachant tes bras derrière ton dos, tu réponds à la maîtresse d'à côté (apparement y en a plein en stock, chez le Mammouth):
Pas de bras, (pas de chocolat) pas de montre.
*mode off* dans ta face, grossière grognasse
*mode on* une prochaine fois, quand mes bras auront repoussé...
Elle ramasse ses dents et sort piteusement.
RAVIE, tu es ravie de cette journée.


:-)


Je sais pas faire court quand j'me lâche...


Que la force moutonnée soit avec toi.

Blip said...

1 - La directrice te reproche de poser trop de questions. Tu lui demandes : « Comment ça ? » et elle te répond « Comme ça, justement. »

2 - Elle te demande si tu as bien pensé à mettre du papier sur la table avant la peinture, et si tu l'as enlevé avant de passer l'éponge.

3 - Elle te dit que c'était son tour à elle, qu'elle était très vexée que tu penses qu'elle n'était pas capable de faire la vaisselle correctement, et que puisque c'est comme ça elle ne la fera plus jamais.

4 - Un œuf.

5 - D'avoir fait faire la vaisselle à l'atsem pour pouvoir t'en vanter après et humilier tes collègues.

6 - « Et la vaisselle après la collation, qui c'est qui va la faire ? »

7 - Un œuf.

8 - Que la maîtresse en a besoin pour saler son omelette de midi. Tu lui fais alors justement remarquer qu'elle n'a pas d'œufs, et tu proposes de lui échanger ceux que tu as obtenus pendant les épisodes précédents contre le sel qu'il te faut.

9 - Que son catalogue, et ses montres aussi si elle y tient, elle peut se les enfoncer profondément dans le rectum. Enduits avec le reste de sel.

ines said...

Depuis le temps que je lis ton blog, je finis par me demander si ce n'est pas toi qui as un problème de paranoïa, en tout cas tu sembles en avoir un gros problème en ce qui concerne tes relations avec les autres...c'est toujours eux les méchants et toi la pauvre victime gentille...

tirui said...

chère ines, ça arrive, par exemple j'ai des voisins à droite, ils sont méchants et je suis leur gentille victime, et c'est même pas subjectif, toute la rue étant d'accord avec moi.

des bisous à ma jeune bergère préférée.

Anonymous said...

Pour rebondir sur le commentaire d'Ines, meme si je ne suis pas d'accord avec le passage sur la "paranoia" (allons, on sait tous ce que c'est les relations entre filles, ça se tire les cheveux, c'est fourbe et c'est mesquin!), je suis plutot d'accord avec le terme victime... peut etre qu'il faudrait que tu gueules un bon coup, que tu leur dises que tu en as ras la casquette, bref que tu ne sois plus une victime? parce que si tout t'arrive comme ça, c'est sans doute à cause de ton comportement... peut etre parce que tu es trop timide et trop maladroite justement, et qu'elles en profitent. Elles voient que tu es faible et ont donc décidé que tu serais le bouc émissaire. Sois forte!
bisous,
Claire
PS: je précise que c'est juste une analyse rapide et subjective hein, je ne connais pas tous les détails de ta vie et si ça se trouve j'ai tout faux! auquel cas excuse moi!

sborja1 said...

Seule solution: S'IMPOSER! Ne te laisse pas faire, tu es jeune, ce sont de vieilles biques qui sont là depuis ad vitam aeternam, tu as surement des idées nouvelles et ça les effraie!
Sois ferme, réclame ton ATSEM quand elle doit être là, excuse-toi quand elle déborde, mais d'une façon cool et zen (même si tu bous intérieurement). Sois ferme et sourire aux lèvres (même si tu rêves de les déchiqueter avec les dents)
Dans le milieu hospitalier, on a le même genre de pb et je te dis, il faut t'imposer. mais c'est vrai que tu dois passer par la case "on en bave pendant quelques temps"
Courage!

eddie said...

Bonjour
Je suis d'accord avec les derniers commentaires. C'est vrai que ce n'est pas facile de s'imposer, de se mettre en avant, mais en fait, ce n'est "que" ton boulot, tu vas pas te pourrir la vie pour ça. En fait, je fais pareil, maintenant, dans mon lycée, depuis que j'ai radicalement changé de vie personnelle, je ne fais plus cas de ce qu'on peut penser/dire de moi. Je "prend" ce qui me revient, je m'impose si on veut changer ma salle, des trucs cons, alors qu'avant j'aurais subi.
je pense que ce n'est pas facile, de changer comme ça, mais ca soulage et on te verra autrement aussi. Les relations avec les autres peuvent changer. Meme si ce qu'elles pensent ne change pas, c'est pas grave, ce qu'il faut, c'est que tu te sentes bien dans ton boulot, ou en tout cas, le mieux possible.
Je te souhaite vraiment beaucoup de courage !
Et dis toi que la fin de l'année est proche.
Très amicalement
Eddie

LiliLaJeuneBergere said...

La mono, c'est marrant, j'ai été AVS aussi ;-)
J'irai voir le blog dont tu parles

Loreal, moi aussi ;-)

Angel, oui je donne les réponses dès que possible!!

Anna, oui, c'est où?!

Hedwige, miss emma, blip, merci pour ce grand moment de bonheur :-D

frankie, En réalité aucune n'est vraiment méchante.... mais la maîtresse d'à côté de plait à lancer des rumeurs....

bellzouzou, il est où le soleil? :-( Pour chartres je suis ok ;-)

inès, zut, tu m'as démasquée!!

tirui, inès a raison, c'est d'ailleurs ma parano qui a jeté les oeuvres des gamins!
je prends les biz et t'en envoie autant!

Claire, Simonne, Eddie, ce que vous dites est parfaitement vrai.... D'ailleurs je parlais de mon "rôle" dans ce qui arrive dans un post récent: mon attitude trop passive joue, c'est certain.... J'ai voulu trop souvent faire des arrangements, arrondir les angles, résultat je me suis pas mal faite écraser.... La solution c'est de remettre à sa place celle qui est à l'origine de tout.
J'aimerais dire aux autres tout ce qu'elle balance sur elles depuis le début de l'année (oui parce qu'en plus elle est assez crétine pour me le dire!) mais je pense que l'avenir se chargera de lui donner ce qu'elle mérite.

J'avais songé à laisser tomber tout ça pour la dernière ligne droite, mais il faut mieux que je m'entraine pour l'année prochaine! Je vais donc mettre les pieds dans le plat demain, souhaitez moi bonne chance!

luna pat said...

Bonne chance !!

Claire said...

Bonne chance alors! tu nous diras comment ça s'est passé?
Claire, qui suit ton blog fidèlement depuis quelques semaines:)

ligne t�l�phonique said...
This comment has been removed by a blog administrator.