Tuesday, October 28, 2008

Apprivoiser l'absence....

Nous avons suivi le sentier, puis nous nous sommes enfoncés dans les bois.
L'arbre de loin nous a comme appelés. Un chêne. Bagheera serait bien, là.
Nous avons creusé. Nous lui avons dit au revoir, une dernière fois. Nous l'avons déposé dans le trou, nous avons recouvert de terre, nous avons remis des feuilles et des cailloux.

Et alors, j'ai compris.
Ce que les deux vétérinaires vus à une journée d'intervalle avaient tenté de me dire à mi-mots. Il n'y avait rien à faire. Au mieux, si on avait su avant, on aurait prolongé sa vie, un peu, mais au prix de quelles douleurs pour lui?
Dimanche soir, il était allongé près de sa maitresse, qui le caressait. Son compagnon est venu le lécher, longuement. Dernières images qu'il a emportées, car je suppose qu'ensuite, ce sont des convulsions qu'il a eues, et qu'alors il devait être plongé dans une sorte d'inconscience.
Qu'il ait été conscient ou non les 2 dernières heures, je suis sûre qu'il était bien, dans mes bras.
Je l'ai accompagné jusqu'au bout. Jusqu'à son dernier souffle de vie, jusqu'au seuil de la mort.
Jusqu'à ce chêne.
Et j'ai eu le sentiment, alors, de m'être, en même temps, rachetée envers Jerry, ce chat mort tout seul dans sa cage d'hospitalisation, après une lourde opération.

Aux heures cauchemardesques que j'ai vécues lors de son agonie puis de l'évidence, de la réalité de sa mort, a alors succédé un apaisement.

Maintenant, c'est au tour de Nana.
Elle l'a tenu dans les bras des heures durant, toute la matinée, jusqu'à ce qu'on le dépose dans son cercueil au moment de partir l'enterrer.
Elle est revenue les bras vides.
L'absence est désormais physique. La porte visible, palpable.
Hier soir, pour la première fois, il n'est pas venu se lover contre elle en ronronnant pour lui souhaiter bonne nuit. Et ce matin, pour la deuxième fois, elle s'est réveillée sans lui. Et ça sera toujours comme ça, désormais...

9 comments:

Ppn said...

Les enfants oublient plus vite que nous et c'est tant mieux...

Laure said...

Oh m.... !

J'ai un chat moi aussi. Une crème de chat. Je comprends.

co de contes said...

pas juste...
pensées douces...
bientot que les beaux souvenirs...
bizzzz

dany said...

ça ne console pas, mais il a eu une mort douce dans tes bras et un bel enterrement....Espérons qu'il y a un paradis pour les chats, et qu'il viendra visiter en douceur les rêves de Nana...

Line said...

J'ai une petite chienne qui a 15 ans... et je ne veux pas penser à ce jour là...

Rosa said...

Je viens tour juste d'arriver; et c'est tellement domage que les mots me manque en votre langue.

C'est bien pour vous et surtout pour votre petite d'avoir pu accompagner votre 'panthere', de tenir jusqu'au bout, de soufrir et pleurer, de ne pas oublier mais trouver un peu de repos, enfin, un jour, de ce chagrin.

Meme si je ne vous connais pas, je vous embrasse tres fort, je vous souhaite du courage, et j'espere que vous serez toujour aussi 'valiente' comme pour acompagner jusqu'à la fin votre chat.

Ça fait du mal maintenant mais ça seras doux d'avoir su rester avec lui.

Pardon pour mon français et pour cette intromission dans votre vie.

Que le bonheur vous accompagne bientot.

heure-bleue said...

Elle ne le sait pas encore mais un autre chat viendra se lover contre elle. Bienvenue au bébé. Je suis une grand-mère sereine, j'ai appris que les bébés pleurent, j'aurais voulu le savoir plus tôt...

Anonymous said...

Brrrrr...je connais ça.. trop... courage
(liliplume)

LiliLajeunebergere said...

ppn, oublier peut-être pas, mais apprendre à vivre quand même, sans doute... Mais ça arrive dans un contexte si particulier pour nous...

Laure, fais lui des caresses pour moi :-)

co de contes, je pense à toi, tu sais.... Et je me sens ridicule...

Dany, aujourd'hui, ça me console si...et j'espère ça aussi :-)

Line, non, il ne faut pas y penser, juste profiter de chaque jour

Rosa, ton français est parfait! Oui, c'était bien une panthère :-) et je réalise aujourd'hui combien il était important de l'accompagner jusqu'au bout.
A bientôt j'espère! Malheureusement je ne parle pas espagnol et je ne peux donc pas lire ton blog... Mais j'en apprécie les photos!

Heure-bleue, je sais, on dit toujours plus jamais, et puis... Mais il faudra sans doute du temps.

Liliplume, merci :-)